Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m'entraide

Coopérative La Solidarité: le projet dans l'impasse

Le projet d'implantation de la coopérative La Solidarité est de nouveau dans l'impasse puisque le dialogue de sourds entre Loge m'entraide et le maire Jean Tremblay se poursuit.
Lors d'une rencontre tenue en fin d'avant-midi, mercredi, avec le maire Jean Tremblay, la coordonnatrice Sonia Côté a refusé l'offre «à prendre ou à laisser» déposée vendredi dernier.
Saguenay proposait alors que 20 locataires de Jonquière déménagent dans un futur immeuble de l'Office municipal d'habitation (OMH) devant abriter 105 logements sociaux dans le secteur de la Côte-Réserve.
Mme Côté a rappelé que depuis quatre ans les membres ont déployé des efforts considérables pour dénicher un terrain dans le secteur Kénogami pour loger 24 familles dans le cadre du projet La Persévérance (un terrain qui s'est avéré contaminé). Après avoir reçu une autre offre du maire pour trouver un autre terrain à Chicoutimi-Nord, ce projet est né. Le projet La Solidarité a été réduit à 12 unités et une somme de 112 000$ a été amassée. Selon Mme Côté, la proposition déposée vendredi aurait pour effet de déraciner les personnes du milieu jonquiérois. «Un OMH gère des HLM. Ce n'est pas du tout le même type de logements qu'une coopérative.»
Bien heureuse que 105 logements à prix modique puissent s'ajouter au parc immobilier de l'OMH, Mme Côté ne peut croire que l'ajout de 12 unités en formule coopérative ne puissent se réaliser. Elle ajoute que les membres de Loge m'entraide sont présentement en colère, mais non découragés de voir le projet se concrétiser.
Le sit-in silencieux qui devait avoir lieu le 30 janvier a été annulé en raison des rencontres prévues, mais il est certain que d'autres moyens de pression auront lieu.
Du côté de Saguenay, le cabinet du maire s'est dit surpris du refus de Loge m'entraide en rappelant que 116 logements sociaux ont été construits depuis cinq ans pour des investissements de près de 20 M$.
Le cabinet se dit encore plus surpris que Loge m'entraide tienne absolument à implanter des logements de type coopérative. Selon ce qui est mentionné, les conditions des programmes de subventions ne rendent pas la formule de coopérative accessible. Le maire estime que le service rendu aux citoyens dans le besoin est le plus important. Ce dernier s'est dit déçu du refus des 20 logements administrés par l'OMH ayant une valeur de 150 000$ chacun entièrement subventionnés, surtout quand on se dit mal logés, lit-on en conclusion.