Contrats de déneigement: pas de surprise à Saguenay... ou presque

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La hausse de coût des contrats de déneigement par des firmes privées ne causera pas de surprises à l’approche de l’hiver sur le territoire de Saguenay, ou presque... mis à part dans le secteur de Lac-Kénogami.

Selon le président de la Commission des travaux publics de Saguenay, Michel Tremblay, l’enveloppe réservée aux contrats de déneigement passe de 15,1 M$ à 15,8 M$ l’hiver prochain. La hausse est essentiellement due à l’augmentation des frais d’opération de la machinerie et des salaires. « Pratiquement tous nos contrats sont en vigueur jusqu’en 2022, ce qui fait qu’on n’a pas de mauvaise surprise », explique M. Tremblay.

Malgré ce constat général, Saguenay a tout de même une mauvaise surprise dans l’arrondissement de Jonquière, à Lac-Kénogami. Le déneigement dans le secteur de la Baie Cascouïa et Cyriac connaît une augmentation de coût de 49 %, passant de 960 000 $ à 1,6 M$. Les entrepreneurs Fernand Gilbert et Claveau et fils ont été mandatés pour réaliser le déneigement dans ces secteurs.

Selon les données fournies, le secteur privé est responsable de 48 % des opérations de déneigement, le reste étant effectué en régie par les cols bleus.

Routes régionales

Du côté du ministère des Transports du Québec, qui a la responsabilité d’entretien hivernal de 2700 kilomètres de routes au Saguenay-Lac-Saint-Jean-Chibougamau, la porte-parole, Nathalie Girard, a mentionné que les contrats de déneigement sont octroyés pour des périodes variant entre trois et cinq ans.

Pour la saison froide 2020-2021, 11 ententes et contrats ont été renouvelés. L’augmentation de coûts de ces contrats se situe à 20 % comparativement à l’exercice 2017-2018, soit une moyenne de 7 % annuellement.

Mme Girard précise qu’il est difficile de comparer les hausses d’une période contractuelle à une autre puisque beaucoup de variables entrent en jeu. Les conditions du marché, des changements dans la longueur des circuits d’entretien, des modifications aux tracés routiers, etc., figurent dans ces variables.

Au cours du prochain hiver, le MTQ dispose d’une enveloppe budgétaire de 22 M$ pour l’entretien hivernal du réseau routier dans la région, incluant Chibougamau.

Mme Girard ajoute que la direction régionale est prête à faire face à la saison froide puisqu’elle dispose d’une réserve de 50 000 tonnes de sel et de 135 000 tonnes d’abrasifs qui seront étendus sur les routes afin d’assurer la sécurité des automobilistes.