Construction résidentielle: des changements réglementaires réclamés

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) sonne la cloche au nom de ses membres du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui souhaitent des changements à la réglementation en matière de compensation des milieux humides et hydriques.

Le Quotidien s’est entretenu avec le vice-président de l’APCHQ François Vincent, aux relations gouvernementales et publiques, dans le cadre de la tournée québécoise sur l’habitation de l’organisation. De passage au Saguenay-Lac-Saint-Jean jeudi et vendredi, il a rencontré des députés et des représentants des municipalités de la région pour les sensibiliser aux préoccupations des membres de l’association. Des entrepreneurs ont aussi pu partager leur réalité à M. Vincent.

«Nous ne sommes pas contre les règles qui servent à protéger les milieux humides, explique ce dernier. Toutefois, le régime de compensation qu’il faut appliquer si on veut faire un projet résidentiel dans une localité du Lac-Saint-Jean proche d’un plan d’eau, par exemple, ce n’est pas réaliste pour le marché. Ça freine le développement. Ça fait monter les coûts et il y a une limite pour ce que les gens de la région sont prêts à débourser pour une maison neuve.»

En général, les entrepreneurs rencontrés par l’APCHQ désirent des mesures pour encourager l’accès à la propriété et une meilleure adaptation des règlements qui leur sont applicables. «Ils trouvent qu’ils ont beaucoup de paperasse, alors qu’ils pourraient consacrer ce temps à faire croître leur entreprise. C’est un sentiment perçu dans plusieurs domaines au Québec», affirme François Vincent. 

Les entrepreneurs sont aussi déçus de l’abandon du programme provincial de crédit d’impôt RénoVert, qui favorisait la rénovation écoénergétique tout en luttant contre le travail au noir. «Le gouvernement a choisi de ne pas le renouveler. Pourtant, ç’a un énorme potentiel pour l’économie et l’environnement», croit François Vincent.

Ce dernier remarque que l’âge moyen des habitations dans la région est de 44 ans, ce qui laisse présager des besoins en rénovation.

L’APCHQ évalue que l’habitation représente des investissements de 29,2 milliards au Québec et que ce secteur de l’économie génère 172 000 emplois à temps plein. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on estime que les investissements atteindront 399 M$ en 2019, en incluant plus de 700 mises en chantier.

La tournée de l’association lui permettra de faire valoir les positions des entrepreneurs auprès des élus fédéraux et provinciaux au printemps.