Éric Gauthier

Construction de 105 logements sociaux: les critiques ont surpris Éric Gauthier

Le directeur général de l'Office municipal d'habitation (OMH) de Saguenay, Éric Gauthier, a été surpris par la sortie de la coordonnatrice de Loge m'entraide, Sonia Côté, concernant le projet de construction de 105 logements sociaux, annoncé par le maire de Saguenay, Jean Tremblay.
Le directeur affirme que la dame savait très bien que le projet n'avait toujours pas été déposé à la Société d'habitation du Québec, puisqu'une rencontre avait eu lieu à ce propos.
Plutôt cette semaine, Radio-Canada dévoilait que la Société d'habitation du Québec (SHQ) n'avait toujours pas reçu de demande de subvention de la part de l'OMH de Saguenay pour ce projet de 20 millions de dollars, lequel prévoit la construction de trois immeubles d'appartements de 35 logements chacun. Sonia Côté, à qui on avait promis 20 logements sociaux en lien avec ce projet, est sortie de ses gonds à la suite de cette nouvelle, affirmant du même coup que le maire de Saguenay, Jean Tremblay, avait menti.
«Je n'ai pas compris sa sortie. J'ai été très, très surpris, car nous lui avions dit que le projet n'était pas encore déposé. S'il avait été déposé, nous n'aurions pas pu ajouter 20 logements comme nous l'avons fait. Elle le sait très bien, puisque je lui ai dit moi-même», a indiqué Éric Gauthier, en entrevue avec Le Quotidien.
Initialement, le projet prévoyait la construction de 85 logements sociaux. Selon le maire Jean Tremblay, la Ville a demandé à l'OMH si une vingtaine de logements pouvaient être ajoutés, afin de les offrir à Loge m'entraide, qui demandait une subvention municipale pour la construction d'une coopérative d'habitation depuis belle lurette. Plusieurs sit-in avaient d'ailleurs été organisés à l'hôtel de ville et des rencontres avaient eu lieu entre Sonia Côté et Jean Tremblay.
Toujours selon Éric Gauthier, le projet devait être déposé en février, avec l'ajout des nouveaux logements destinés à Loge m'entraide. «Nous travaillons là-dessus depuis 2012 et le plus gros du travail est fait, puisque les partenaires sont trouvés et il s'agit tout de même d'un projet de plusieurs millions de dollars. Nous devions présenter le projet en février et il n'y avait aucune raison pour laquelle ça ne fonctionnerait pas», a affirmé M. Gauthier. Questionné sur le fait que plusieurs années se sont écoulées entre le début du projet et aujourd'hui, le directeur général a affirmé que «c'était normal». 
«Ça prend toujours plusieurs années pour bien ficeler un tel projet. Et nous avons confiance de commencer les travaux en 2018», a ajouté M. Gauthier, affirmant du même coup que les appels d'offres pour les plans de construction devraient être lancés prochainement.