Les évaluateurs agréés de L’Immobilière, Jean-Pierre Côté et Dominic Godin

Comptes de taxes à Saguenay: l’équité atteinte, explique l'Immobilière

Au moins 20 % des propriétaires de Saguenay voient leur taux de taxes de base augmenter de 7,1 à 7,4 % à partir du moment où la valeur de leur propriété augmente ou reste au même prix que l’an dernier.

Les évaluateurs agréés Jean-Pierre Côté et Dominic Godin, de la firme l’Immobilière, signalent dans un premier temps que le taux de taxes de base constitue le chiffre important, surtout quand la valeur de la propriété augmente. En second lieu, ce n’est pas exact que les contribuables de Laterrière sont ceux qui ont la plus importante augmentation.

« On constate que la Ville a pratiquement atteint l’équité pour le taux de taxes entre tous les arrondissements. Mais ce sont les contribuables de Canton-Tremblay, Jonquière et Lac-Kénogami qui vont connaître la plus forte hausse du taux à 7,4 %. Les contribuables qui doivent composer avec le plus haut taux de taxes habitent le secteur Shisphaw avec 1,12 $ du 100 $ d’évaluation alors qu’il est à 1,11 $ du 100 $ dans tous les autres secteurs de Saguenay », signale Jean-Pierre Côté.

Les évaluateurs comprennent le choc de certains contribuables dont la valeur de leur propriété a augmenté de façon significative ou est sensiblement la même que l’an dernier. Ils encaissent une hausse de 7,1 à 7,4 % de façon automatique puisque la valeur de leur résidence ne baisse pas. Vingt pour cent des contribuables, dont la valeur de la propriété augmente, compensera pour les 80 % qui vont constater une baisse de la valeur de leur résidence.

Selon MM Côté et Godin, pour ces propriétaires, l’augmentation sera supérieure à 7 %, et pourra dépasser les 10 % dans certains cas. Le chiffre de 3,9 % utilisé par la Ville représente une moyenne et ne correspond pas nécessairement à la réalité de chacune des 40 000 résidences unifamiliales du rôle d’évaluation.

« La particularité du nouveau rôle, qui représente l’état du marché immobilier au 1er juillet 2017, est la baisse de la valeur des résidences unifamiliales de 35 ans. L’évaluation est réalisée à partir des transactions immobilières et on augmente la valeur des propriétés du secteur analysé. Il est donc possible que dans la même rue, une maison qui n’a subi aucune modification ou rénovation subisse une augmentation de valeur au même titre qu’une maison qui a fait l’objet de rénovations importantes. »

Le mécontentement des contribuables de Laterrière est provoqué par cette équation. Dans ce secteur, plusieurs maisons ont été construites après l’an 2000. Il s’agit donc de résidences qui n’appartiennent pas à la catégorie des propriétés de 35 ans d’âge.

L’autre réalité est celle des propriétés situées en bordure des cours d’eau. Selon Jean-Pierre Côté, ces propriétés sont toujours prisées et leur valeur ne cesse d’augmenter. Les résidences cossues ont remplacé les chalets. Dominic Godin ajoute que les terrains en bordure des cours d’eau sont de plus en plus rares et la loi de l’offre et de la demande s’applique.

La situation a tout de même évolué depuis juillet 2017. Jean-Pierre Côté affirme qu’il y a en ce moment un début de reprise qui aura certainement un impact sur la préparation du prochain rôle d’évaluation.

Saguenay n’a pratiquement pas modifié le taux de base pour les catégories commerciale (-1 %), industrielle (-1 %) et agricole (-5 %). Les taux de base pour ces catégories d’immeubles n’ont pas soulevé de questionnement pour les deux évaluateurs.

La Ville enregistrera une baisse importante de revenus dans le secteur industriel alors que Rio Tinto a obtenu une diminution de 1,5 million $ de sa facture de taxes en 2019 après avoir obtenu une baisse de 2 millions $ en 2018.