Comment amener l’économie collaborative au Saguenay-Lac-Saint-Jean?

Thomas Dufour
Le Quotidien
Louer sa voiture pour le week-end, partager des outils avec son voisinage, permettre à des inconnus d’utiliser son entrée comme stationnement : voici quelques idées d’économie collaborative. L’expert en la matière Guillaume Lavoie était de passage vendredi au Café Cambio à Chicoutimi pour donner une conférence sur cette nouvelle forme d’économie dont tout le monde parle.

La conférence a eu lieu sur la rue Racine devant une trentaine de personnes. L’ambiance était décontractée : les gens buvaient une bière ou mangeaient en écoutant M. Lavoie parler. Il s’agissait de sa 328e conférence sur le sujet depuis janvier 2016. Guillaume Lavoie a été conseiller municipal à la Ville de Montréal et il préside le Groupe de travail sur l’économie collaborative du gouvernement du Québec.

« C’est un sujet qui nous interpelle, explique Johanne Morin, présidente de la coopérative du Café Cambio. Il n’y a pas beaucoup d’initiatives d’économie collaborative dans la région. »

Mais qu’est-ce que l’économie collaborative ? M. Lavoie tentait par sa conférence de répondre à cette « question à un million de dollars ».

« Ce n’est pas de faire plus avec moins, c’est de faire plus avec ce qu’il y a déjà », résume M. Lavoie. L’idée est d’utiliser les infrastructures à leur plein potentiel.

Par exemple, il y a chaque jour 25 millions de sièges de voiture vides en déplacement au Québec. Une approche d’économie collaborative permettrait d’utiliser ces sièges vacants, selon M. Lavoie.

Un autre exemple : les espaces de bureaux qui sont utilisés à 70 % au Québec. Avec une bonne planification, ces 30 % de places vacantes pourraient être utilisés. M. Lavoie préconise les espaces partagés par plusieurs entreprises. Cette approche permettrait de combler les espaces vides et de réduire les coûts pour tout le monde. « Les PME y gagneraient », explique-t-il.

Des idées pour la région

Ces initiatives ne sont pas seulement possibles dans de grandes villes comme Montréal, selon Guillaume Lavoie.

L’entrepreneur suggère une façon d’augmenter le nombre d’espaces de stationnement à l’hôpital de Chicoutimi sans avoir à utiliser de pelles mécaniques ou de bulldozer. La proposition est simple : les gens qui résident près de l’hôpital pourraient louer leur emplacement pour quelques heures lorsqu’ils ne l’utilisent pas. « C’est un genre d’Airbnb pour les espaces de stationnement », relate-t-il.

Alors qu’il était conseiller municipal à la Ville de Montréal, M. Lavoie a développé le premier projet du genre au Canada dans l’arrondissement de Rosemont, avec succès.

Une autre idée pour la région serait l’utilisation d’une application de partage de machinerie. « Au lieu d’acheter une machine et de l’utiliser 10 % du temps, un entrepreneur peut simplement la louer lorsqu’il en a besoin. » Cette approche faciliterait la vie aux petites et moyennes entreprises en démarrage.

Le développement d’un service de location de voiture de particulier faciliterait le déplacement des touristes dans la région. Pour Guillaume Lavoie, les possibilités sont innombrables.

Pour que de telles initiatives voient le jour, il faut trois choses, selon M. Lavoie. Un : que des compagnies (comme Uber ou Airbnb) développent des applications. Deux : que les assureurs embarquent dans les projets. Trois : que les gouvernements mettent en place des lois pour encadrer cette pratique.