Le groupe a mis en vente son bâtiment de la rue du Pont Sud à Alma, où on retrouve Papier Coderr, spécialisé dans le traitement et le déchiquetage de papiers confidentiels et de papiers de bureau.

Coderr lorgne une ancienne scierie

Le groupe Coderr souhaite réunir ses opérations dans l'ancienne scierie E. Tremblay d'Alma. L'entreprise d'économie sociale a déposé une promesse d'achat pour mettre la main sur les installations fermées depuis plusieurs années.
Devant l'impossibilité d'agrandissement et de développement dans ses locaux actuels, situés à deux endroits différents, Coderr souhaite déménager, entre autres choses, ses installations de traitement et déchiquetage de papiers, sa ressourcerie industrielle et sa flotte de camions de collecte sur le site de la Route du Lac Est, ce qui permettrait d'épargner sur les coûts de transport.
«Tous les services, mise à part la friperie, seraient regroupés au même endroit. Ça fait des années qu'on y pense, mais on a accéléré les choses dernièrement. Un tel déménagement nous permettra de développer de nouvelles idées également, car on ne peut pas agrandir par en dedans ", pointe Élaine Rochon, directrice générale adjointe du groupe d'entreprises collectives d'économie verte.
Avant de déménager, Coderr doit d'abord vendre ses deux actifs. La demi-salle de cuve, qui se trouve sur la rue des Pins à Alma, aurait déjà trouvé preneur. Une offre a été déposée à Coderr et elle sera conclue lorsque le groupe aura également vendu son bâtiment de la rue Pont Sud.
Si tout se déroule comme prévu, la direction espère intégrer les nouveaux locaux avant l'automne prochain. Le zonage actuel à la scierie devra également être modifié. Coderr attend l'aval de la Commission de la protection territoire agricole du Québec (CPTAQ) d'ici le mois de mai.
«Le zonage est agricole. Mais pendant les opérations de la scierie, il y avait eu une modification temporaire pour permettre ce type d'activité. On pense donc avoir une réponse positive de la CPTAQ étant donné que notre usage sera plus léger ", laisse tomber Mme Rochon.
La direction n'a pas voulu chiffrer ses investissements, préférant attendre que le projet se confirme davantage.
Llevesque@lequotidien.com