CO2 Solutions à Saint-Félicien vendue à des intérêts italiens

Les actifs de CO2 Solutions, qui a développé une technologie unique de récupération du dioxyde de carbone, ont été vendus à deux sociétés. L’unité de capture du CO2, située à l’usine de pâte de Produits forestiers Résolu (PFR) de Saint-Félicien, sera désormais la propriété de Saipem S.p.A. et de Saipem Canada, une entreprise italienne spécialisée en ingénierie, en forage et en construction de grands projets dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures.

Sous la protection de ses créanciers depuis septembre dernier, CO2 Solutions avait cumulé 12,9 millions de dollars de dettes. À l’époque, l’entreprise avait évoqué que les délais et les dépassements de coûts lors de l’implantation de l’unité de capture de Saint-Félicien avaient fragilisé l’entreprise.

Pour se sortir de l’impasse, les actifs de l’entreprise québécoise ont été vendus à deux entreprises.

L’unité de capture de Saint-Félicien, qui capte 30 tonnes de carbone par jour qui s’échappent de l’usine de pâte de PFR, avant de le rediriger vers les Serres Toundra, ainsi que les 90 brevets de CO2 Solutions ont donc été achetés par Saipem S.p.A. et Saipem Canada. Cotée à la bourse de Milan, Saipem est présente dans plus de 70 pays à travers le monde et compte 32 000 employés de 120 nationalités.

Les employés de CO2 Solutions ont par ailleurs été embauchés par Saipem Canada pour poursuivre les activités de recherche, de développement et d’exploitation.

La deuxième unité de capture du CO2, qui peut capter jusqu’à 10 tonnes par jour à Montréal-Est, a été vendue à Chimie Parachem, une entreprise détenue par Suncor (51 %) et Investissement Québec (49 %), avec une revente possible à un tiers, sous réserve de la conclusion d’ententes subséquentes associées à cette transaction.

Les sommes recueillies lors de ces transactions serviront à rembourser une partie des sommes dues aux créanciers.

Depuis près de 20 ans, les ingénieurs et les scientifiques de CO2 Solutions avaient développé une technologie unique de capture du CO2, utilisant une enzyme présente dans le corps humain, l’anhydrase carbonique. Ce procédé se distingue des technologies des compétiteurs, lesquels utilisent plutôt des produits toxiques pour capter le CO2.

Depuis sa création, CO2 Solutions a reçu 65 M $ de financement, dont 25 M $ de Québec et 28 M $ d’Ottawa.