Une chargeuse sur roues a écrasé à mort un travailleur de l’entreprise Pièces d’auto Choc de Laterrière, le 10 janvier dernier. La CNESST conclut que la gestion des déplacements dans la cour était déficiente.

CNESST: une gestion des déplacements déficiente

La gestion des déplacements dans la cour de l’entreprise Pièces d’autos Choc de Laterrière, où un employé est mort écrasé par une chargeuse en janvier dernier, était déficiente.

La CNESST a dévoilé les conclusions de son enquête, mercredi, cinq mois après le tragique événement qui a coûté la vie à Édouard Guernon, homme de cour de l’entreprise, le 10 janvier 2019.

L’enquête a permis de déterminer que le travailleur a été mortellement écrasé par une chargeuse sur roues lors d’une manœuvre de recul. Elle démontre également que la gestion des déplacements était déficiente, puisque l’employeur permettait aux véhicules et aux piétons d’emprunter les mêmes voies de circulation.

Une chargeuse sur roues a écrasé à mort un travailleur de l’entreprise Pièces d’auto Choc de Laterrière le 10 janvier dernier. La CNESST conclut que la gestion des déplacements dans la cour était déficiente.

Le jour de l’accident, la victime s’affairait à récupérer des pièces sur des véhicules entreposés dans la cour de l’entreprise. Vers 14 h 30, Édouard Guernon a emprunté la voie de circulation principale à pied afin de se rendre au garage pour y déposer une pièce. Un collègue aux commandes d’une chargeuse sur roues s’apprêtait à déplacer un conteneur près du garage au même moment. « Lors de la manœuvre de recul, la trajectoire de la chargeuse a croisé celle du travailleur à pied, et celui-ci a été écrasé par la roue arrière droite », conclut la CNESST. La mort du travailleur a été constatée sur place.

L’enquête a permis d’établir que la chargeuse était conforme et en bon état. La CNESST a exigé que l’employeur prenne des mesures pour gérer la coactivité entre piétons et véhicules. Des zones réservées à la circulation des piétons ont rapidement été délimitées.

Afin d’éviter de tels accidents, la CNESST recommande de délimiter des zones de circulation réservées aux piétons et de les identifier avec une signalisation adéquate. Elle recommande également de restreindre les manœuvres de recul, notamment en modifiant la configuration des lieux ou en balisant des zones à cet effet.

La cour de l’entreprise où s’est produit l’accident.

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’Association des recycleurs de pièces d’autos et de camions. Son rapport d’enquête sera également diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’étude de Conduite d’engins de chantier.