Depuis quelques jours, les quais et voiliers du Club nautique de L’Anse-Saint-Jean sont en cale sèche, après une saison satisfaisante.
Depuis quelques jours, les quais et voiliers du Club nautique de L’Anse-Saint-Jean sont en cale sèche, après une saison satisfaisante.

Club nautique de L’Anse-Saint-Jean: hausse marquée de la visite

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La saison de plaisance sur le fjord du Saguenay a permis au Club nautique de L’Anse-Saint-Jean de mieux se faire connaître et de susciter l’admiration des paysages de l’endroit avec l’accostage de plusieurs bateaux provenant d’un peu partout à travers la province.

Quelques jours après la mise en cale sèche des quais et des voiliers de la trentaine de membres du club, le commodore Bernard Panorani se montre satisfait de la dernière saison. L’été agréable au niveau de la température a contribué à rendre la navigation plus facile, mais il y a le fait que les plaisanciers sont demeurés au Québec en raison de la fermeture des frontières avec nos voisins du sud. Il faut dire que la saison de plaisance a démarré plus tard cette année en raison de la pandémie. « On est restés au Québec, mais beaucoup de gens de Montréal et de Québec ne remontent pas le Saguenay. Ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec le fleuve Saint-Laurent. Un voilier, ça ne va pas vite. Il faut naviguer en tenant compte des marées, autant le soir que tôt le matin », évoque-t-il.

Selon lui, le fait que la frontière soit fermée sur le lac Champlain, un plan d’eau partagé entre le Canada et les États-Unis, a contribué à augmenter quelque peu l’affluence aux quais.

Il serait faux de prétendre que cette affluence a doublé, d’autant plus que les bénévoles du club devaient faire respecter les règles de distanciation, assumer l’entretien des installations sanitaires, etc. Les choses se sont tout de même bien déroulées.

M. Panorani a tenu à souligner l’appui des commerçants de L’Anse-Saint-Jean qui ont participé massivement à appuyer, par l’entremise de commandites, la compétition amicale de la fin de saison.

Au niveau financier, le commodore mentionne que le club nautique ajuste ses activités et ses investissements au gré des revenus qui entrent. « Chaque année, on investit pour que nos installations et infrastructures soient sécuritaires. On a un plan pour agrandir, mais on ne pense pas que ça va se faire cette année. »

Il ajoute avoir négocié un protocole avec les marinas de Chicoutimi, La Baie, Tadoussac et Cap-à-l’Aigle afin d’aider à mousser le trafic en périodes de temps morts avant la mi-juillet et à partir de la mi-août. Les plaisanciers bénéficient d’une réduction sur les tarifs de séjour aux quais pendant cette période.