Le maire Pascal Cloutier entend réaliser les projets déjà lancés à Dolbeau-Mistassini et en réaliser certains autres au cours du prochain mandat.

Cloutier veut attirer des familles à Dolbeau-Mistassini

Pascal Cloutier, le nouveau maire de Dolbeau-Mistassini, souhaite concrétiser les projets déjà en marche de la municipalité et faire en sorte d’amener de l’argent frais afin de garder la population en place et d’attirer de nouvelles familles.

Dimanche soir, M. Cloutier a été élu à la tête de la localité du nord du Lac-Saint-Jean. Conseiller municipal au cours des quatre dernières années, l’ancien président du Syndicat de la papeterie de Produits forestiers Résolu a succédé à Richard Hébert, qui a été élu député libéral fédéral de Lac-Saint-Jean.

M. Cloutier n’a pas encore eu le temps de mettre les pieds à son nouveau bureau de l’hôtel de ville étant donné qu’il doit terminer son travail à l’usine de Dolbeau-Mistassini.

« Je n’ai effectivement pas eu le temps de rencontrer les employés de la ville. Au cours des dernières semaines, j’avais signifié mon intention de ne pas me représenter à la présidence du syndicat (un nouveau président a été élu) et j’avais avisé mon employeur de la possibilité que je sois élu. J’ai demandé un congé sans solde de quatre ans. C’est accordé, mais je ne pouvais pas quitter aussi rapidement que ça », note Pascal Cloutier.

Les membres du conseil municipal seront assermentés vendredi et le maire entreprendra officiellement ses nouvelles fonctions dès le lundi 13 novembre. « Je ne suis pas trop inquiet pour le travail à faire et le fait de devoir préparer le prochain budget. J’ai tout de même passé les quatre dernières années comme conseiller municipal. Je sais à quoi m’attendre », indique-t-il.

Il ajoute que les cinq nouveaux conseillers autour de la table (seul Rémi Rousseau était là depuis quatre ans) savent qu’ils auront des décisions importantes à prendre dans les semaines à venir. Mais ça ne l’inquiète pas.

« Pour l’avenir, nous allons parler d’économie. Nous devrions embaucher un commissaire industriel pour développer de nouvelles industries et consolider ce que nous avons. Il faut amener du nouvel argent pour attirer de nouvelles familles, mais aussi pour conserver celles que nous avons », indique M. Cloutier.

Le maire de Roberval, Sabin Côté, veut ramener l’harmonie à la table du conseil après des années de confrontation.

Sabin Côté veut ramener l’harmonie

Avec un nouveau maire et six nouveaux conseillers municipaux, la ville de Roberval devrait connaître une nouvelle dynamique d’équipe. L’harmonie sera de retour.

Au cours des quatre dernières années, l’harmonie n’a pas toujours été au rendez-vous autour de la table du conseil municipal. Cinq conseillers ont pris la décision de ne pas demander de renouvellement de mandat en raison du climat tendu avec le maire Guy Larouche.

Cette situation a mené les contribuables de la capitale de la natation longue distance à voter pour Sabin Côté à la mairie et d’élire de nouveaux conseillers.

« Il fallait un changement de ton autour de la table du conseil. Et ça devrait être généré par la dynamique de la nouvelle équipe. J’ai d’ailleurs hâte de rencontrer les élus, dont certains que je connais un peu, afin d’établir les forces et les champs de compétence de chacun », exprime Sabin Côté, qui sera assermenté lundi.

« Je veux créer une harmonie à la table du conseil. J’en ai parlé durant la campagne et je veux donc que les bottines suivent les babines », dit-il.

Conseiller en gestion dans la vie de tous les jours, Sabin Côté croit que Roberval pourrait connaître de bons moments, au cours des prochaines années. Un regain de vie qui pourrait l’aider à arrêter le départ de plusieurs jeunes de la localité vers de plus grands centres.

« Il y a plusieurs défis à relever. Le principal enjeu de la région, pas seulement de Roberval, est la baisse démographique. Ça ne va pas se faire du jour au lendemain, mais il faut travailler pour éviter que nos jeunes quittent la région. Il faut mettre en place des solutions pour favoriser l’arrivée de gens à Roberval et dans la région », note le maire Côté.

« Des projets vont se réaliser à Roberval. Nous travaillons sur la rénovation de l’aréna. Il y a aussi la rénovation du Palais de justice au coût de 47 millions de dollars. Nous voulons revitaliser la pointe Scott. »

Des projets pour aider les Robervalois à atteindre leur objectif de garder les touristes une nuit de plus.

« Les touristes arrêtent au Zoo de Saint-Félicien et au village historique de Val-Jalbert. Mais ils doivent s’arrêter au Musée du cheddar ou au Trou de la fée et visiter certains attraits à Roberval », mentionne Sabin Côté.

Avant tout ça, le nouveau maire de Roberval verra à la préparation du prochain budget. Il convient que les membres du conseil municipal n’ont pas d’expérience sur le budget, mais il entend travailler étroitement avec l’équipe de gestion financière, qu’il considère comme très efficace.

Luc Gibbons favorisera le travail d’équipe à Saint-Félicien.

Travailler en équipe

Travailler en équipe et en harmonie sera la nouvelle façon de faire du nouveau conseil municipal de Saint-Félicien.

Le nouveau maire, Luc Gibbons, ne veut pas tout remettre en question, mais souhaite que certains éléments puissent être améliorés.

Lors de l’élection municipale, Luc Gibbons a battu le maire sortant Gilles Potvin, qui était en place depuis plusieurs années.

S’il vit sa première expérience comme maire, M. Gibbons n’est pas un nouveau venu dans le milieu de la politique municipale, lui qui a servi comme conseiller municipal au cours des 24 dernières années.

« Je veux que l’on travaille en équipe. Je ne veux pas que les conseillers apprennent les projets de la municipalité dans le journal plutôt qu’à la table du conseil municipal », précise M. Gibbons.

Budget

Comme dans toutes les municipalités du Québec, élection ou non, les élus ont un budget à préparer. Et celui de 2018 à Saint-Félicien devra être complété au cours des semaines à venir.

« Les membres du conseil municipal seront assermentés vendredi. Et dès lundi, nous allons tomber dans le budget. Ça devrait bien aller. Nous avons deux nouveaux membres à la table du conseil et tout le monde sera en mesure de procéder », indique M. Gibbons, qui travaillera aussi à établir le prochain budget de la municipalité régionale de comté (MRC) Domaine-du-Roy.

« Lorsque nous allons travailler à la préparation du budget, nous allons tout revoir. Chaque poste budgétaire sera analysé. L’objectif est de limiter les hausses de taxe. En fait, nous ne voulons pas hausser le compte de taxes des contribuables », de souligner le maire de Saint-Félicien.

De plus, Luc Gibbons entend consulter les citoyens pour assurer un développement harmonieux de la localité. La consultation Saint-Félicien 2020 aura pour but de mettre en place une stratégie d’accueil et de développement axée sur les forces de Saint-Félicien que sont la forêt, l’agriculture, le tourisme et l’éducation.