Tommy Cloutier est accusé d’enlèvement, de séquestration, de menaces, d’extorsion et de voies de fait causant des lésions.

Cloutier accusé, son complice arrêté au palais

Le Jonquiérois Tommy Cloutier, accusé d’avoir séquestré un homme et de lui avoir infligé des lésions corporelles afin qu’il règle une dette de drogue, a comparu jeudi au Palais de justice de Chicoutimi, juste après l’arrestation de son présumé complice à quelques pas de la salle d’audience.

Trois autres chefs d’accusation pèsent contre Cloutier, 28 ans, dont enlèvement avec intention de séquestrer ou d’emprisonner contre son gré une personne, et menace de causer la mort ou des lésions corporelles. Celui qui n’a pas d’antécédents criminels aurait aussi induit ou tenté d’induire la victime à payer une somme d’argent par des menaces, des accusations ou de la violence, sans justification ou excuse raisonnable.

Selon Me Julien Boulianne, qui défend l’accusé, la victime a réussi à s’enfuir et a alerté des gens. Les évènements se seraient déroulés le samedi 4 août.

«Il n’y avait pas eu d’arrestation le jour même, mais les policiers avaient la description des suspects. Ils ont arrêté mon client mercredi, on verra s’il est réellement impliqué. On a reporté l’audience le temps de voir la preuve et quelles garanties nous pourrons offrir», exprime Me Boulianne.

Le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, a fixé la date de l’enquête de la remise en liberté à mardi prochain. À la demande du procureur de la Couronne, Me Sébastien Vallée, il a aussi interdit à Cloutier d’entrer en contact avec cinq personnes, incluant la victime.

Plus tard, l’accusé a été escorté par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay vers son lieu de détention, passant devant les membres des médias. Il est possible que d’autres charges soient portées contre Tommy Cloutier.

Arrestation
Avant la comparution, aux alentours de 15h, un présumé complice a été arrêté par un policier dans le corridor du palais de justice, devant les portes de la salle 2.10.

Le jeune homme s’était présenté avec l’intention de collaborer avec les enquêteurs et n’avait pas l’intention de fuir, explique Me Boulianne. Il semblait par contre surpris d’entendre le policier lui demander de laisser ses clés à son accompagnatrice, car il n’en aurait plus besoin puisqu’il était en état d’arrestation pour séquestration et voies de fait.

L’individu devrait comparaître vendredi matin.