Martine Couture

CIUSSS: l'abolition de 28 postes prévue

La direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) a détaillé les coupes annoncées mardi, lesquelles prévoient l'abolition de 28 postes totalisant des économies de 8 millions $. Une cinquantaine de mesures ont été identifiées afin d'adopter un budget équilibré de 814 millions $ pour l'année 2017-2018. D'autres mesures, encore sous évaluation au ministère de la Santé, pourraient être annoncées au cours des prochaines semaines.
Abolition d'un poste de technicien en réadaptation physique, fermeture d'un poste de psychoéducateur au foyer L'Intervalle de Roberval, réduction des effectifs au registre de postes aux soins intensifs à Chicoutimi, réduction du temps supplémentaire à l'hôpital de Chicoutimi, diminution des ressources travaillant au projet intégration jeunesse, révision des postes d'agente administrative, amélioration de l'efficacité énergétique dans les hôpitaux régionaux, diminution des heures des éducateurs, évaluation et modification de l'offre du service alimentaire, augmentation des revenus de chambre et réorganisation de la sécurité font partie, parmi d'autres mesures, du plan du CIUSSS.
« Notre établissement fait face à une situation financière fragile et à un défi très exigeant. Nous avons travaillé très fort pour identifier différentes mesures qui permettront de réduire nos dépenses, a déclaré la présidente et directrice générale du CIUSSS, Martin Couture. Nous avons privilégié des actions qui assurent une prestation de soins et services de qualité aux usagers et qui limitent le plus possible les impacts sur notre personnel », a ajouté Mme Couture.
Cette dernière a assuré que la direction « cherche à atténuer le plus possible les effets des mesures sur les employés, et ce, à travers des mouvements de personnel, des postes vacants, des réaffectations et des départs à la retraite ». D'ailleurs, environ 200 départs à la retraite sont prévus au cours de l'année.
« Les employés détenteurs de postes touchés par une abolition maintiendront leur lien d'emploi avec notre établissement », a précisé Martine Couture.
La liste des mesures est disponible sur le site Internet du CIUSSS (www.santesaglac.com).
D'autres mesures évaluées
Quatre autres mesures, qui équivalent à des économies d'un million de dollars, pourraient être adoptées au cours des prochaines semaines. Elles sont actuellement sous évaluation au ministère de la Santé.
Ainsi, le CIUSSS prévoit atteindre l'équilibre budgétaire à la fin du présent exercice.
Lynn Brie
Les mauvaises cibles, selon l'APTS
L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) affirme que le CIUSSS s'attaque aux mauvaises cibles dans son plan de compressions.
« Le CIUSSS vise à réduire ses dépenses notamment en sabrant dans les repas servis dans les CHSLD, dans le programme de prévention des chutes chez les personnes âgées et dans les programmes destinés aux jeunes en difficulté. Nous croyons que ces cibles sont mal choisies parce qu'une offre de services insuffisante risque fort de se solder par une obligation de dépenser davantage par la suite pour des problèmes plus graves », indique la responsable régionale de l'APTS, Lynn Brie.
En centre jeunesse, les nouvelles coupes sont également mal accueillies. « C'est un secteur difficile, qui connaît malheureusement un roulement de personnel important. Le CIUSSS a malgré tout choisi d'abolir un poste de professionnel chargé de préparer les plans d'intervention personnalisés et de fournir des outils adaptés. De plus, alors qu'un comité spécial a fait l'évaluation des besoins du foyer de groupe l'Intervalle il y a à peine trois ans, voilà qu'on remet ses conclusions en question. Rien pour arranger les choses », s'inquiète la porte-parole de l'APTS.
Quant aux patients en déficience intellectuelle, ils verront l'allocation qui leur est versée pour leur travail dans les ateliers et les centres de jour uniformisée à 2,18 $ par demi-journée, alors que certains recevaient 2,50 $. « C'est un message très dévalorisant à envoyer à cette clientèle marginalisée », selon Lynn Brie.
« Avec une réduction de ses dépenses de 6,4 M $, le CIUSSS n'a pas été en mesure d'atteindre ses cibles de compressions pour 2016-2017, qui étaient de 15 M $. C'est bien la preuve que ces exercices budgétaires visent à se conformer à une directive centralisée irréaliste. Ils sont élaborés sur papier, loin du personnel qui a une vision concrète du travail à faire pour répondre aux besoins réels des clientèles qu'il côtoie », a déploré Lynn Brie.