Depuis le début de 2017, 30 cas d’intoxication au monoxyde de carbone ont été rapportés au CIUSSS.

CIUSSS: 30 cas d’intoxication au monoxyde de carbone en 2017

Plus de 30 intoxications au monoxyde de carbone ont été rapportées au CIUSSS depuis le début de 2017. En 10 ans, 208 cas ont été répertoriés.

Avec l’arrivée du temps froid, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean émet une mise en garde afin de sensibiliser la population aux dangers du monoxyde de carbone. 

« Le monoxyde de carbone, aussi appelé CO, est un gaz toxique qui ne se voit pas et ne se sent pas. Il n’irrite pas les yeux ni les voies respiratoires. Seul un avertisseur de monoxyde de carbone peut détecter la présence de ce gaz et vous la signaler. Quand une personne respire du monoxyde de carbone, ce gaz entre dans son sang et y prend la place de l’oxygène. Une intoxication au CO peut causer des séquelles à long terme voire être mortelle », explique David Simard, agent de planification, programmation et recherche au service de santé environnementale du CIUSSS.

En 2016 et 2017, les véhicules à moteur ont été à la source de 39 % des intoxications au monoxyde de carbone au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les appareils de chauffage ont causé 24 % des cas répertoriés, les appareils et outils à moteur 11 %, les réfrigérateurs au propane 10 % et les génératrices 6 %. Les 10 % restants sont attribués à des causes diverses. 

Dans 48 % des cas, le type de combustible responsable est l’essence. Le propane ou le gaz naturel est impliqué dans 24 % des cas et le bois dans 17 % des cas. 

Selon le CIUSSS, les cas répertoriés ne représenteraient que la pointe de l’iceberg puisque plusieurs personnes intoxiquées ne se rendent pas à l’urgence. 

« Il est important de consulter rapidement des spécialistes en cas d’intoxication, les risques de séquelles permanentes sont plus élevés », souligne David Simard. 

Les appareils de chauffage non électrique, notamment les chaudières au mazout, les foyers au bois, les poêles à combustion lente ou les chaufferettes au propane, ainsi que les véhicules à moteur, les appareils qui fonctionnent au gaz naturel ou au propane, les outils et appareils qui fonctionnent à l’essence ainsi que les appareils de plein air comme un barbecue, une lampe à l’huile ou un réchaud, génèrent du monoxyde de carbone. 

Les principaux symptômes d’une intoxication sont les maux de tête, la fatigue, les nausées, les vomissements et la perte de conscience.

Afin d’éliminer les risques d’intoxication, le CIUSSS recommande notamment d’installer un avertisseur dans les endroits où il y a des sources de monoxyde de carbone, de faire vérifier son système de chauffage annuellement et de ne pas faire fonctionner un moteur dans un garage, un atelier ou un abri d’auto, même si la porte est ouverte.