Les deux soeurs Annie et Michèle Lavoie disent avoir développer une complicité encore plus grande depuis leur diagnostic commun de cancer du sein.- Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Cinq soeurs atteintes du cancer du sein

La seizième édition du Relais pour la vie de Saguenay s’est tenue vendredi soir sous la présidence d’honneur du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault. Parmi les 1000 participants présents, Annie Lavoie, une mère de famille de deux enfants touchée par le cancer du sein. Un diagnostic qu’elle partage avec quatre de ses sœurs.

Le cancer du sein a frappé non pas une, mais bien cinq fois dans la famille Lavoie. Unies dans cette tragédie, quelques-unes sont maintenant considérées comme guéries « puisqu’il reste toujours un risque de récidive. On ne parle donc plus de rémission en langage médical », explique Annie Lavoie qui est aujourd’hui en récidive et avoue avoir elle-même bénéficié des avancements de la recherche.

Chaque année, les survivants sont invités à ouvrir la marche du Relais pour la vie.

Traitement miracle
Il y a six ans, Mme Lavoie apprend son diagnostic et réussit à vaincre son cancer. Quatre ans plus tard, en 2016, elle récidive et des boules cancéreuses sont découvertes sur tout son corps, passant d’un cancer du sein à un cancer dit métastatique. « Le médecin m’a annoncé qu’il me restait moins d’un an à vivre, qu’on ne réussirait pas à le guérir cette fois », lance Annie avec émotion. Transférée à un oncologue spécialisé en la matière, la Saguenéenne a accepté de se soumettre à un traitement nouvellement arrivé sur le marché, l’Ibrance. Pour y avoir accès, plusieurs tests ont été effectués afin de déterminer si elle répondait aux critères recherchés.

Point noir au tableau, les comprimés s’élèvent à plus de 8500 $ mensuellement et les assurances acceptent de payer pour les trois premiers mois. Une fondation a aussi accepté de contribuer financièrement au traitement de celle qui a dû débourser 120 000 $ de médicaments en un an seulement. Heureusement, le 2 juin 2017, soit le jour même du Relais pour la vie de l’an dernier, elle apprend qu’une majorité des métastases est disparue et que les résultats tendent encore à s’améliorer. « Non seulement le traitement ne procure aucun effet de fatigue ou de perte de cheveux, mais en plus il fonctionne. Si ce n’était pas de la recherche, je ne serais pas ici pour vous parler de mon histoire, c’est pourquoi l’évènement me tient tant à cœur », explique Annie Lavoie.

La survivante Élodie était présente au Relais pour la vie de Saguenay, vendredi soir, en compagnie de sa famille.

En ce moment, une douzaine de patientes de l’hôpital de Chicoutimi serait sous la même médication que Mme Lavoie, pionnière en la matière au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le Relais pour la vie vise à soutenir, en famille et entre amis, les proches atteints du cancer au cours d’une marche de 12 heures. L’évènement s’est tenu vendredi soir sous la présidence d’honneur du député Sylvain Gaudreault et a permis, au moment d’aller sous presse, d’amasser le montant de 143 713 $. Le dévoilement final se fera samedi au courant de la journée.

Les marcheurs du Relais pour la vie étaient aussi réunis du côté du Centre Mario-Tremblay d’Alma.

Du côté d’Alma, le Relais pour la vie se tenait au Centre Mario-Tremblay. Avant le départ de la marche, donné sur le coup de 19 h, les survivants se sont rassemblés autour d’un souper.