Les trois criminalistes Dominic Bouchard, Charles Cantin et Julien Boulianne.

Charles Cantin et ses associés grimpent pour la jeunesse

Habitués à mettre de l'énergie à défendre leurs clients, les trois criminalistes Julien Boulianne, Dominic Bouchard et Charles Cantin concentreront leurs efforts pour grimper le mont Kilimandjaro pour la Fondation à l'enfance et à la jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Les trois avocats jonquiérois, accompagnés de Richard Morin (un ami) se rendront dans le nord de la Tanzanie du 3 au 20 janvier. Ils escaladeront le plus haut sommet d'Afrique, située à 5895 mètres d'altitude, soit six fois plus élevée que le plus haut point des monts Valins (pic Dubuc à 985 mètres).
Ils le font pour le défi sportif, pour le dépassement personnel, mais surtout afin d'amasser des fonds pour la Fondation. Sous le thème « Au sommet pour la jeunesse », les trois avocats espèrent récolter entre 10 000 $ et 15 000 $.
« L'objectif est fixé à 10 000 $. La campagne de financement n'est pas encore lancée que nous avons déjà récolté de bons montants. J'espère donc que nous allons pouvoir remettre 15 000 $ à l'organisme. Tout l'argent que nous allons amasser sera remis à la Fondation. C'est 100 pour cent des dons à un organisme régional. Il n'y a aucuns frais d'administration. Tout sera donné. Les quatre expéditionnistes vont payer les frais du voyage et de l'ascension », a mentionné Me Julien Boulianne, lors d'un entretien avec Le Quotidien.
« On dit souvent que l'avenir est la jeunesse. Malheureusement, plusieurs jeunes voient leur avenir s'assombrir par manque de ressources pour les aider à cheminer. Nous avons choisi la Fondation de l'enfance et de la jeunesse, car elle a besoin d'aide », ajoute l'avocat du bureau Cantin, Bouchard et Boulianne de la rue Saint-Dominique, à Jonquière.
Les quatre participants devaient arriver en Tanzanie le 3 janvier. L'ascension et la descente devraient se faire jusqu'au 17 janvier. La montée est prévue pour huit jours et les Jonquiérois prévoient marcher de six à douze heures chaque jour.
// Plus de détails demain, dans Le Quotidien.