Le vice-président aux finances de la Davie, le Dolbien Marc Veilleux, était accompagné du vice-président aux affaires publiques, Frédérik Boisvert, du chef du développement technologique, Jérémy Citone, du président de l’Association des fournisseurs, Pierre Drapeau, et du vice-président de l’entreprise Charl-Pol de La Baie, Richard Tremblay.

Chantier maritime de la Davie: une belle manne pour la région

Les dirigeants du chantier maritime de la Davie annoncent une véritable révolution économique pour les prochaines années avec l’obtention de milliards de dollars de contrats publics pour la construction de navires. Ils invitent les entrepreneurs de la région à s’inscrire pour intégrer la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise.

Il s’agit de l’essentiel du message livré vendredi midi par des représentants de l’entreprise et de l’Association des fournisseurs de la Davie devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF). Les représentants de la Davie n’ont pas ménagé les efforts pour démontrer que le gouvernement canadien n’aura d’autres choix que de compter sur le plus important chantier naval au Canada avec 50 % de la capacité de production pour combler les retards dans la stratégie navale.

Depuis sept ans, a résumé le vice-président aux affaires publiques Frédérik Boisvert, les chantiers de la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse (Irving) n’ont pas livré un seul navire des commandes du gouvernement pendant que les coûts de construction ont littéralement explosé. Chantier Davie a de son côté livré en l’espace de deux ans le ravitailleur l’Astérix à l’intérieur des budgets alloués par Ottawa.

Le secret de la Davie, selon les explications fournies, réside dans son réseau de 800 fournisseurs. Le mieux connu de la région est l’atelier Charl-Pol de La Baie qui a fabriqué des pièces de coque et autres parties de navires qui ont été expédiées par bateau à Lévis.

Le propriétaire, Richard Tremblay, a expliqué que son association avec le chantier maritime de Lévis avait généré des retombées économiques de 35 M $. Des soudeurs de l’entreprise baieriveraine sont en ce moment au chantier de Lévis, ce qui permet de contrer la pénurie de travailleurs dans ce secteur fragile.

Le message des dirigeants de la Davie s’adressait à toutes les entreprises de la région. Ces derniers ont rappelé que la construction d’un navire nécessite des approvisionnements très larges en biens et services.

Comité manufacturier

Les dirigeants de la Chambre de commerce ont profité du dîner-conférence thématique pour procéder au lancement de son comité manufacturier, une nouvelle structure qui s’attardera à répondre aux besoins des membres oeuvrant dans ce secteur économique. Il s’agit d’une première dans la région pour implanter cette initiative supervisée par la Fédération des chambres de commerce du Québec.

Dans un premier temps, ce nouveau comité vise à bien comprendre les besoins et intérêts de cette catégorie de membres et travaillera de concert avec ces derniers afin de supporter les préoccupations au plan national. Il collaborera activement avec la Fédération des chambres de commerce du Québec et pourra profiter de son réseau de 132 chambres.

« Le comité développe des stratégies visant à renforcer l’implication du secteur manufacturier au sein de la CCISF. Il s’assure que les besoins de cette clientèle soient bien identifiés, tant sur le plan des services que de l’organisation d’activités à valeur ajoutée », a expliqué la directrice générale de la CCISF, Sandra Rossignol.

Selon les statistiques présentées dans le Plan de match manufacturier réalisé pour la direction des chambres de commerce, le secteur manufacturier a connu une croissance de 2,6 % entre 2014 et 2016. Le PIB manufacturier du Québec représente 14 % dans l’économie globale et est en période de croissance.