La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord recevra des représentants du chantier Davie le 26 avril.

Chantier Davie: des opportunités offertes aux entrepreneurs régionaux

Avec un carnet de commandes de plusieurs milliards de dollars qui continue de croître, le Chantier Davie, spécialisé dans la construction de bateaux dans la région de Québec, offrira des occasions d’affaires que les entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean doivent saisir.

Le 26 avril prochain, les entrepreneurs auront l’occasion de prendre connaissance des marchés qui peuvent s’ouvrir à eux alors que la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay—Le Fjord organise son prochain Rendez-vous économique sous le thème « Faire affaires avec Chantier Davie Canada ».

Pour cette occasion, une délégation de dirigeants de Chantier Davie, dont le chef du Développement technologique, Jeremy Citone, et le vice-président finances, Marc Veilleux, seront au Saguenay pour rencontrer les gens d’affaires.

Parmi les invités, les participants pourront entendre, entre autres, Pierre Drapeau, vice-président de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie qui regroupe 879 fournisseurs de tout le Québec, dont seulement 11 ont leur pied à terre au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En entrevue au Quotidien, M. Drapeau affirme que le portrait du carnet de commandes sous la nouvelle administration de la Davie a passablement changé dans les derniers mois. L’octroi par le fédéral d’un contrat de 610 M$ pour l’acquisition et la conversion de trois brise-glaces pour la Garde côtière, l’obtention du plus important contrat à ce chantier maritime pour l’entretien de 12 frégates de classe Halifax et l’annonce dans le dernier budget fédéral de besoins pour trois nouveaux traversiers dans l’Est du pays constituent des perspectives intéressantes. « Actuellement, les chantiers d’Halifax et de Vancouver sont remplis à pleine capacité pour dix ans. On croit qu’il n’y a que Davie qui peut recevoir encore de nouvelles commandes », affirme-t-il. Selon son estimation, le carnet de commandes du chantier maritime peut se situer autour de 3,5 G $ à 4 G $.

Devant ces marchés potentiels, M. Drapeau croit que les entrepreneurs de la région doivent déployer des efforts pour identifier et s’accaparer les lots qu’ils pourraient fournir.

Il rappelle que la construction et l’entretien de bateaux ne se limitent pas à produire des pièces mécano-soudées, un domaine où la région excelle en raison de la présence de grandes industries, mais aussi à fournir une multitude de produits et services.

« Construire un bateau, c’est l’équivalent de construire un immense immeuble avec tout ce dont les marins ont besoin. On parle de meubles, de salles de sport et de toilettes, fenêtres, systèmes et outils de communication comme Internet et même de véhicules, sans compter des systèmes mécaniques, électriques, tuyauterie. On se rend compte que la région ne connaît pas beaucoup la construction navale. Il faut aller dans les détails pour expliquer tout ça aux entrepreneurs. »

Avec les projets navals en cours, il s’attend à ce que le nombre de fournisseurs puisse doubler afin de fournir à la demande.

Afin d’informer davantage les entrepreneurs régionaux, une délégation de gens d’affaires se rendra effectuer une visite du Chantier Davie à la fin du mois de mai prochain.

En en ce qui a trait au prochain dîner du Rendez-vous économique, il sera suivi en après-midi de rencontres privées réservées aux membres de la chambre.