Chantale Arnold

Chantale Arnold réplique

Le poste de fonctionnaire qu’a occupé illégalement l’ex-conseillère Chantale Arnold n’a pas été « donné », mais gagné, assure-t-elle. Au lendemain de la parution de l’article sur son embauche illégale, l’ancienne échevine de Saint-Ludger-de-Milot tient à préciser certains détails.

Mme Arnold, rappelons-le, a été embauchée par la municipalité 10 mois après avoir été reconnue inhabile à siéger pendant cinq ans. La loi interdit toute personne jugée inhabile à exercer le rôle d’élu à décrocher un poste de fonctionnaire. La direction de Saint-Ludger-de-Milot ignorait cette règle et a mis fin au contrat, un an plus tard, soit en avril dernier.

« La municipalité n’a pas créé un poste pour moi. Le poste a été affiché, et j’étais la seule personne qui a appliqué. Ce n’est pas de la mauvaise volonté. Tout ça a été fait de bonne foi », insiste Mme Arnold.

Cette dernière voulait ainsi faire taire certaines rumeurs laissant croire que la municipalité aurait créé un poste uniquement pour elle. Mme Arnold a en effet été la seule à postuler sur cette offre qui a été affichée en bonne et due forme. Elle a été relevée de ses fonctions en avril dernier, après le dépôt d’une plainte au ministère des Affaires municipales.

« Il y a des gens dans la municipalité qui veulent se venger. Ils font des plaintes sans arrêt. Ils ne font rien avancer. C’est devenu lourd ici. Mais ils ne me mettront pas à bout », exprime-t-elle.

Cette dernière a d’ailleurs accepté un nouveau poste à la Corporation de développement économique (CDE) de la municipalité. Un organisme financé qu’à 25 % par la localité, ce qui en fait un organisme non public. La direction peut donc embaucher qui elle veut, sans avoir à passer par des affichages publics.

« Je vais continuer à travailler au développement de ma communauté. Il y a plusieurs beaux projets en cours ici, que ça soit le champ de tir, le site de plongée, l’église. Moi, c’est la dernière fois que je commente ce dossier. Les gens qui n’ont pas de vie peuvent aller s’en acheter une », lance la dame.

Jointe mardi, la présidente du CDE, Élaine Racine, a également tenu à préciser que le nouveau poste créé et donné à Mme Arnold n’est pas un cadeau, mais une nécessité.

« Ce sont des bénévoles qui faisaient le travail, mais ils n’ont pas le temps de s’occuper de tout ce qui s’en vient. Ça prenait vraiment une personne pour être dédié à cette tâche, et Mme Arnold a toutes les compétences pour ça », insiste Mme Racine.

En effet, c’était autrefois des bénévoles qui se partageaient les tâches au CDE. Mais les besoins grandissants, dont la gestion des ressources humaines du camping et de la salle Desjardins, ainsi que l’arrivée de plusieurs projets, ont poussé l’organisme à embaucher une ressource humaine.