Gaston Laforest quitte la présidence de la Saint-Vincent de Paul après 10 années.

Changement de garde à la présidence de la Société Saint-Vincent de Paul

Après dix ans d’implication bénévole à la présidence de la Société Saint-Vincent de Paul régionale, qui regroupe une cinquantaine de chapitres paroissiaux, Gaston Laforest quitte ses fonctions pour être remplacé par Martin Tremblay, de La Baie, impliqué depuis une vingtaine d’années.

En cette semaine de la Saint-Vincent de Paul, du 21 au 28 septembre, et à 80 ans bien sonnés, M. Laforest avoue quitter avec le sentiment du devoir accompli, soit d’avoir aidé les plus pauvres de la société à subvenir à leurs besoins.

Traçant un bilan rapide, M. Laforest dit quitter alors que la Société Saint-Vincent de Paul est en bonne situation financière. « Les gens sont encore très généreux lors de la guignolée régulière, où on effectue du porte-à-porte, qui s’ajoute à la grande guignolée des médias qui est davantage connue. On est en bonne situation pour aider les gens », explique le président sortant.

M. Laforest affirme que l’organisme continue d’apporter de l’aide ponctuelle aux individus et aux familles dans le besoin avec la distribution de bons alimentaires de 75 $ ou 150 $, mais que depuis quelques années, il y a eu une évolution des formes d’aide.

À titre d’exemple, l’organisme a mis sur pied l’Opération Bonne mine visant à aider les familles à diminuer la pression financière associée à la rentrée scolaire. Le programme aide les jeunes du primaire et du secondaire tout au long de l’année afin de répondre à divers besoins. « Un jeune qui a le goût de faire le programme sport-études ou arts-études peut recevoir de l’aide en partageant les coûts au tiers entre le club sportif ou artistique qu’il fréquente, l’école et la Saint-Vincent de Paul », précise M. Laforest. De plus, les efforts des jeunes peuvent être reconnus lors du Gala Opération Bonne mine où des bourses de la persévérance de 250 $ et de 500 $ sont remises respectivement au niveau primaire et secondaire.

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, la Saint-Vincent de Paul est toujours à la recherche de personnes bénévoles désireuses de s’impliquer quelques heures par semaine ou par mois, selon leur disponibilité, pour combattre la pauvreté. Selon lui, plusieurs jeunes désireux de s’impliquer croient qu’ils ne sont pas capables. Les seules qualités requises sont de faire preuve d’humilité, de disponibilité pour faire ses états de service et de ne pas juger les gens dans le besoin. « Tout le monde est capable d’aider les gens dans le besoin », conclut M. Laforest.