Le ministre François-Philippe Champagne et le candidat libéral dans Lac-Saint-Jean Richard Hébert ont visité une résidence pour personnes âgées samedi, où ils ont rencontré Mme Pauline Lindsay.

Champagne et Hébert en tournée au Lac-Saint-Jean

À peine de retour du Mexique où il participait aux négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le ministre fédéral du Commerce international François-Philippe Champagne a fait le tour du lac Saint-Jean samedi avec le candidat libéral Richard Hébert pour séduire les citoyens en vue de l’élection partielle le 23 octobre.

Les deux politiciens ont notamment visité la résidence pour personnes âgées Villa d’Alma sur l’heure du dîner et ont participé à l’inauguration du nouveau magasin Tigre géant, qui crée 34 emplois. Ils devaient ensuite être de passage à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, à Roberval et à Saint-Félicien pour ensuite terminer leur tournée à Dolbeau-Mistassini, ville où M. Hébert était auparavant maire.


«Je suis député de la circonscription voisine et j’avais dit à Richard que je viendrais lui prêter main-forte. L’agriculture, la métallurgie et la foresterie, ce sont des enjeux que je connais bien», indique  le représentant de Saint-Maurice-Champlain à la Chambre des communes.


Le Quotidien a profité de l’entrevue téléphonique pour recueillir les commentaires du ministre sur le dossier du bois d’oeuvre canadien, surtaxé par les Américains à l’heure actuelle. Plusieurs scieries du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont affectées par les droits compensatoires.


«Nous sommes constructifs à la table de discussions, mais on veille toujours à défendre les intérêts du Canada et du Québec. On essaie de faire comprendre aux Américains qu’il y a des conséquences des deux côtés de la frontière. L’ALÉNA c’est une chose, mais l’industrie forestière a aussi besoin de se diversifier, de se moderniser, et je voyage souvent avec des représentants à travers le monde pour trouver de nouvelles opportunités», exprime le ministre Champagne.


Ce dernier affirme que Richard Hébert a déjà sa place réservée du côté du gouvernement libéral au Parlement à Ottawa. «C’est un gars avec de bonnes valeurs. J’entends déjà la voix du prochain député de Lac-Saint-Jean en lui.»


Le candidat libéral a souligné les efforts du parti de Justin Trudeau pour les familles, une préoccupation qu’il ressent dans son travail sur le terrain. «La dernière décennie des conservateurs au pouvoir a laissé plusieurs familles en difficulté, et elles peuvent maintenant profiter des allocations mises en place par les libéraux.»


Le vote par anticipation a déjà commencé et se poursuit jusqu’au 16 octobre. Une raison de plus pour motiver Richard Hébert, assure-t-il.