La saison touristique s’annonce exceptionnelle pour les Navettes maritimes du Fjord.

Chaleur et soleil, du bonbon

Dame Nature sourit aux Navettes maritimes du Fjord. La chaleur enregistrée au cours de la première portion du mois de juillet a fait grimper les statistiques d’achalandage de 25 pour cent. Si la tendance se maintient, il pourrait s’agir d’une année record, estime le directeur des opérations, Gaétan Bergeron.

L’entreprise regroupée sous l’égide de Promotion Saguenay compte trois bateaux parmi sa flotte : La Marjolaine, Le Fjord Saguenay et le Cap Liberté. Bon an mal an, environ 30 000 personnes montent à bord de l’une ou l’autre des embarcations pour prendre part à une excursion sur le Saguenay. La saison 2017 a été bonne, signale Gaétan Bergeron, mais cette année, si le soleil continue de briller, les chiffres risquent d’exploser.

« C’est un début de saison exceptionnel. Il a fait super beau. Même si les résultats sont extrêmement préliminaires, on constate une hausse notable par rapport à l’an dernier. Tout peut changer s’il se met à pleuvoir, mais en ce moment, c’est vraiment exceptionnel. Le mois de juin a aussi été très bon. C’est presque anecdotique », note Gaétan Bergeron.

Le directeur signale que juillet est le deuxième mois de l’année en importance, après août, pour les Navettes maritimes du Fjord, en termes de fréquentation.

Alors que s’ouvrent les vacances annuelles de la construction, le personnel s’apprête à se retrousser les manches.

« On risque d’avoir de la broue dans le toupet », image Gaétan Bergeron, qui dirige une équipe formée d’une quarantaine d’employés, incluant des marins et du personnel de la billetterie.

Le bateau phare des Navettes maritimes du Fjord, La Marjolaine, peut accueillir 230 passagers.

L’entreprise l’a positionné, sur l’échiquier touristique, comme le bateau d’excursion familiale par excellence, avec sa boucle à Sainte-Rose-du-Nord en provenance de La Baie. En fait, environ 40 pour cent des personnes qui se procurent un billet aux comptoirs des Navettes maritimes du Fjord annuellement montent sur le pont de La Marjolaine. Ce sont des données comparables à celles du Fjord Saguenay, une embarcation de 120 places. Le Cap Liberté reçoit, quant à lui, autour de 20 pour cent des visiteurs.

Inspection
Par ailleurs, La Marjolaine a récemment fait l’objet d’une inspection obligatoire, en vertu des règles dictées par Transport Canada. Puisque le bateau construit en 1904, mais restauré depuis, baigne dans l’eau du bassin Louise en période hivernale, une analyse est requise aux cinq ans, afin de vérifier l’état de sa coque. L’inspection permet d’avoir un diagnostic quant à l’état réel du navire. Les résultats seront connus en octobre, mais Gaétan Bergeron ne s’attend pas à de mauvaises surprises.