La firme d’ingénieur qui a recommandé la fermeture du Centre Georges-Vézina n’a pas fait d’inspection supplémentaire. Elle se serait basée sur les conclusions du rapport de 2016 commandé par l’administration de Jean Tremblay.

CGV: le danger identifié il y a 20 mois

(Louis Tremblay) – La firme Gémel a constaté des problèmes plus importants que prévu pour renforcer la structure du toit du Centre Georges-Vézina en 2016, lors de la préparation de l’ingénierie détaillée du réaménagement de l’aréna. Elle a cependant attendu 20 mois avant d’en recommander la fermeture, lors d’une réunion tenue vendredi dernier.

Le site Internet de la firme de génie-conseil présidée par Justin Pagé confirmait une situation problématique dans la présentation du projet du Centre Georges-Vézina commandé par l’ex-maire Jean Tremblay. Les problèmes ont été jugés assez sérieux pour en arriver à mettre de côté le projet qui consistait à renforcer la structure du toit.

« De plus, un des principaux objectifs du projet a été de renforcer la toiture. Néanmoins, à la suite de la réalisation complète des plans et devis, le résultat de l’ingénierie détaillée qui indiquait une gravité beaucoup plus élevée qu’imaginée pour les renforts, la mise en œuvre du projet a ainsi été retardée afin d’évaluer d’autres options possibles », stipule le texte publié sur le site de la firme au début de 2016.

Vendredi dernier, la même firme s’est présentée à l’hôtel de ville de Saguenay avec un rapport de cinq pages. La conclusion présentée par Gémel sur l’état de l’aréna était de fermer l’immeuble en raison du problème de solidité du toit.

L’étude avait été demandée par la Commission des sports et loisirs de Saguenay, dirigée par Michel Thiffault, pour prendre position dans le dossier concernant une rénovation ou un tout nouvel aréna.

Le Quotidien a obtenu la confirmation lundi au cabinet de la mairesse que le rapport de cinq pages de Gémel était le résumé des différentes études réalisées sur la structure du Centre Georges-Vézina au cours des dernières années. La Ville n’a toutefois pas l’intention de publier le document de Gémel puisqu’il s’agit d’un avis technique.

Il n’y a pas eu, pour la préparation de ce rapport, toujours selon le cabinet, d’expertise technique réalisée dans les endroits stratégiques de la toiture au cours des dernières semaines. Le rapport ne contient donc aucune photographie ou autre élément technique identifiant la distorsion d’une poutre, des écrous tordus ou autres modifications mécaniques de la structure du toit provoquée par le poids du toit.

Lorsque le ministère des Transports du Québec a fermé l’accès du pont Dubuc aux véhicules lourds, les ingénieurs ont présenté aux médias une série de documents techniques qui permettaient d’identifier clairement les indices sur lesquels reposait la décision des fonctionnaires.

Le Quotidien a contacté la firme Gémel afin d’obtenir des précisions sur les constats des ingénieurs à l’origine de la publication des informations sur le site Internet en 2016 et les nouvelles conclusions. Le président de la firme n’a pas rendu les appels.

Autre étude
L’autre étude a été réalisée par la firme de génie-conseil Roche, aujourd’hui connue sous le nom de Norda Stelo. Cette étude de plusieurs centaines de pages a été réalisée par l’ingénieur Christophe Rigert du bureau de Chicoutimi. Il en arrivait à la conclusion que la toiture du Centre Georges-Vézina, avec l’ajout d’un nouveau tableau indicateur, nécessitait un entretien régulier en période hivernale.

La Ville avait alors débloqué un budget annuel de 125 000 $, selon ce que soutenait l’ex-maire Jean Tremblay, pour assurer le déneigement régulier de la toiture et éviter la surcharge de poids en cas de pluie verglaçante. Au cours d’un bref entretien téléphonique lundi, l’ingénieur qui a réalisé la première étude sur la solidité du toit a refusé de répondre aux questions du Quotidien qui voulait comprendre ce qui aurait bien pu changer dans la structure du toit de l’aréna pour que l’on recommande aujourd’hui sa fermeture.

En fin d’après-midi lundi, le directeur de cabinet Luc Desbiens confirmait que Saguenay était en attente du rapport final de la firme Gémel. D’autre part, les fonctionnaires ont reçu le mandat de proposer au conseil une fourchette de solutions qui vont permettre au conseil de prendre des décisions sur l’avenir du centre Georges-Vézina.

Le conseil municipal n’a mandaté aucune firme pour la production d’une contre-expertise. Jusqu’à maintenant, Gémel propose la fermeture alors que Norda Stelo autorisait l’exploitation de l’immeuble avec un entretien permanent de la toiture pendant l’hiver.