CF-18: Martel critique les libéraux

Le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, critique sévèrement le gouvernement de Justin Trudeau concernant l’acquisition de 25 avions de chasse usagés de l’Australie, en attente du renouvellement de la flotte canadienne.

Le député Martel, qui est associé à la défense nationale dans le cabinet fantôme, abonde dans le même sens que son collègue James Bezan. Lundi, le député Bazan, critique de son parti en matière de défense, a vivement dénoncé l’absence de documents prouvant, selon lui, qu’il était nécessaire, pour le Canada, d’acheter les aéronefs australiens.

«Il n’y a absolument rien qui prouve qu’on est en déficit de capacité. Les libéraux de Justin Trudeau ne sont tout simplement pas capables de le démontrer. Ils vont acheter des avions désuets, ils vont faire du dépannage alors qu’on a la capacité de fournir. Ils font croire à tout le monde qu’il y a un déficit, alors que c’est complètement faux», a martelé Richard Martel, joint lundi soir à Ottawa. 

Richard Martel, député de Chicoutimi-Le Fjord.

Selon lui, le rapport du vérificateur général dans le dossier du remplacement de la flotte d’avions de chasse, dont le dépôt est prévu mardi, permettra d’éclaircir la situation.

Richard Martel estime que les libéraux «n’ont pas l’air de vouloir renouveler cette flotte» et qu’ils ont «envoyé ça dans les airs pour acheter des avions australiens».

Sondage

Par ailleurs, Richard Martel n’accorde pas d’importance au dernier sondage réalisé par la firme Mainstreet Research au sujet des intentions de vote des Canadiens, lequel place les libéraux de Justin Trudeau en tête de lice.

«Une année, c’est court, mais c’est long en même temps. Tout peut changer», note Richard Martel. En région, les conservateurs sont en discussion avec des candidats potentiels dans la circonscription de Jonquière pour le scrutin d’octobre 2019. 

Le député de Chicoutimi-Le Fjord, qui briguera alors les suffrages pour la première fois lors d’une élection générale, croit qu’il sera possible pour son parti de procéder à une annonce au cours des prochaines semaines. Dans Lac-Saint-Jean, c’est Jocelyn Fradette qui portera les couleurs des Bleus.

Lundi, Richard Martel s'en est aussi pris aux libéraux pour leur gestion du dossier du français en Ontario, après que le premier ministre Doug Ford eut annoncé des compressions importantes dans les services dispensés dans sa province.

«Les conservateurs ont toujours soutenu le bilinguisme. Dès qu’il y a eu des déclarations concernant les coupures dans les services en français, Andrew Scheer a réagi. Mais ce sont les libéraux qui doivent agir et s’assurer que les services soient dispensés dans les deux langues. Que fait Mélanie Joly pour remédier à ça?», s’interroge l’élu.

+

UN RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL MARDI

(La Presse canadienne) — Six ans après la décision du gouvernement Harper d’abandonner son projet d’acheter sans appel d’offres des chasseurs furtifs F-35 pour remplacer les CF-18, le vérificateur général publiera mardi un nouveau rapport sur cette saga qui n’a toujours pas connu son dénouement.

Cette fois, l’accent devrait être mis sur les impacts à long terme de la gestion du dossier par le gouvernement libéral de Justin Trudeau - notamment les nombreuses mesures intérimaires adoptées pour laisser le temps à Ottawa de déclencher un processus d’appel d’offres afin de remplacer la flotte vieillissante des CF-18 de l’armée de l’air.

Le vérificateur général Michael Ferguson devrait faire rapport spécifiquement sur les coûts - financiers et technologiques - liés au maintien des CF-18 et de 25 avions de chasse australiens d’occasion jusqu’au début des années 2030, alors que les vénérables appareils auront presque 50 ans.

Les CF-18 avaient été mis en service dans les années 1980 et devaient être retirés d’ici 2020. Les libéraux prévoient d’investir plus d’un milliard de dollars pour prolonger leur vie et pour acheter 25 avions de combat australiens usagés, en attendant de recevoir les remplaçants permanents.

La décision des libéraux de ne pas lancer un appel d’offres immédiatement a suscité de nombreuses critiques. Le gouvernement soutient qu’il faut mettre le temps pour trouver les bons appareils.

Recrutement

Le vérificateur général devrait par ailleurs mettre en lumière dans son rapport, mardi, les problèmes que l’armée de l’air éprouve pour recruter et retenir ses pilotes de chasse.

Cet audit du vérificateur général visait à déterminer si la Défense nationale avait géré les risques liés à la flotte des avions de chasse de manière à «pouvoir respecter les engagements du Canada auprès du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) et de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) jusqu’à ce qu’une flotte de remplacement soit en place».