Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

C’est le temps des bleuets enrobés de chocolat

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Pour une 54e année, les bleuets enrobés de chocolat noir de la Chocolaterie des Pères Trappistes de Dolbeau-Mistassini sont arrivés sur les tablettes de centaines de commerces un peu partout en province.

Offerts de façon éphémère en saison estivale, soit environ six semaines par année, les bleuets enrobés de chocolat noir se retrouvent dans près de 800 points de vente à travers le Québec, dont environ 200 au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Grâce aux ententes conclues avec les bannières IGA et Métro, la Chocolaterie espère même atteindre un volume de production encore jamais atteint jusqu’ici.

« Nous sommes heureux de pouvoir rendre notre produit plus facilement accessible pour les consommateurs à travers le Québec », mentionne Dominique Genest, codirecteur général de la Chocolaterie des Pères Trappistes.

Petite histoire

Il semblerait que l’histoire des bleuets enrobés de chocolat noir aurait débuté en juillet 1967, alors que Frère Gérard Tremblay, amateur de petits fruits, serait arrivé à la Chocolaterie avec un plat rempli de bleuets cueillis dans la région.

Frère Albert, le gérant à l’époque, et le confiseur Gilles Savard auraient eu l’idée de les enrober de chocolat. C’est ainsi que serait née cette tradition. Les premières années, la Chocolaterie les fabriquait à l’occasion de la Traversée du lac Saint-Jean et pour le Festival du bleuet.

Rappelons que la Chocolaterie des Pères Trappistes est une entreprise monastique traditionnelle fondée en 1939.

Directement sur place, en plus de retrouver l’Abbaye cistercienne Notre-Dame de Mistassini, il est possible de visiter leur nouvel économusée et d’acheter leurs produits à même leur boutique.