Jean-Philippe Duguay et son ami Stéphane Dubé ont distribué des lapins de Pâques à 87 enfants, dimanche.
Jean-Philippe Duguay et son ami Stéphane Dubé ont distribué des lapins de Pâques à 87 enfants, dimanche.

Ces petits gestes qui font une grande différence

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Depuis le début de la crise de la COVID-19, les gestes de solidarité se multiplient un peu partout sur le territoire régional. Plusieurs personnes, témoins de la souffrance d’autrui, veulent faire un petit quelque chose qui peut faire une grande différence. C’est le cas d’un policier à la retraite de Saguenay, Marc Sénéchal, et de son groupe d’amis d’une ligue de golf de Jonquière, de même que du constable spécial Jean-Philippe Duguay et de son ami éducateur spécialisé Stéphane Dubé, qui ont tous posé des gestes de solidarité en ce week-end pascal. Le Quotidien s’est intéressé à leurs initiatives et vous raconte leur démarche.

DES LAPINS DE PÂQUES POUR 87 ENFANTS

La semaine dernière, Stéphane Dubé et son ami Jean-Philippe Duguay ont eu l’idée d’amasser des sous pour acheter des chocolats de Pâques, qu’ils voulaient distribuer à des enfants dans le besoin. Les deux jeunes hommes se disaient privilégiés de pouvoir continuer à travailler, alors que bien des gens perdaient leur emploi. Stéphane Dubé est éducateur spécialisé à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, alors que Jean-Philippe Duguay est constable spécial au Palais de justice de Chicoutimi. Les deux amis de longue date ont donc lancé un appel sur les médias sociaux et ont rapidement amassé une somme de 950 $. Avec la collaboration des Chocolats Lulu (l’entreprise a contribué financièrement au projet), les deux jeunes hommes ont acheté des chocolats de Pâques pour 87 enfants vivant en situation précaire. Ces familles ont été sélectionnées grâce au travail du Centre des enfants de Chicoutimi et du centre jeunesse.

Dimanche, le coffre de voiture rempli de cocos et de lapins en chocolat, Jean-Philippe Duguay et Stéphane Dubé ont fait la livraison dans 50 domiciles de Chicoutimi et un arrêt au centre jeunesse. Inutile de spécifier que les petits les ont regardés arriver avec des étoiles dans les yeux. Précisons également que les deux amis ont utilisé chacun leur voiture et que les règles de distanciation ont été respectées à la lettre.

« De voir ces sourires et ces réactions était vraiment magique, c’était notre paye ! », a lancé Jean-Philippe Duguay, quelques heures après sa tournée.

« Nous nous sentons privilégiés, parce qu’on a la chance d’avoir encore nos emplois. C’était important pour nous de faire quelque chose », a ajouté le constable spécial.

Les deux amis ont ainsi pu ensoleiller cette journée de Pâques pour des enfants qui n’auraient peut-être pas eu la chance de se sucrer le bec.

Plusieurs personnes ont mis l’épaule à la roue, notmmant Doug Archibald, Jonathan Tremblay, Éric Dufour, Marie-Josee Riverin, Dany Saint-Pierre (IGA), Marc Demers, Danielle Demers et Martin Dufour, qui ont fait l’épicerie pour six familles dans le besoin de Jonquière, en ce week-end pascal.

+
DES AMIS GOLFEURS OFFRENT DES ÉPICERIES À DES FAMILLES DANS LE BESOIN

C’est également la semaine passée que le policier de Saguenay à la retraite, Marc Sénéchal, a embarqué dans le projet de son bon ami Doug Archibald, avec qui il joue au golf au sein d’une ligue à Jonquière.

Depuis quelques semaines, Marc Sénéchal se sentait quelque peu impuissant, lui qui est retraité de la police de Saguenay depuis l’été dernier. « Si j’étais encore policier, je serais sur la ligne de front. Alors je me sentais un peu inutile et je voulais aider », explique M. Sénéchal, lors d’une entrevue accordée au Quotidien.

C’est en voyant un appel à la solidarité de son ami Doug Archibald, qui demandait des sous pour faire une épicerie de Pâques à des familles dans le besoin de Jonquière, que M. Sénéchal a sauté sur l’occasion. En moins de deux jours, le groupe (puisque d’autres amis de la ligue de golf se sont joints à eux, notamment Jonathan Tremblay, Éric Dufour, Marie-Josee Riverin, Marc Demers, Danielle Demers et Martin Dufour), une somme de 1700 $ a été réunie. Six familles, référées par une maison d’hébergement pour femmes violentées de Jonquière, ont été sélectionnées. Le groupe, respectant les mesures de distanciation, s’est rendu au IGA de la rue Saint-Hubert de Jonquière, où le copropriétaire, Dany Saint-Pierre, s’est joint au projet en offrant un panier cadeau avec tout le nécessaire pour cuisiner un traditionnel jambon à l’ananas. Six épiceries de 250 $ chacune et bien des gâteries de Pâques ont été achetées pour ces familles.

« Personnellement, je me suis rendue chez une mère monoparentale qui vit avec ses trois enfants et qui a beaucoup de difficultés. Elle pleurait en me voyant arriver avec les achats », raconte Marc Sénéchal.

Les familles référées par une maison d’hébergement pour femmes violentées ont eu droit à bien des sucreries!

Le policier à la retraite ne veut surtout pas se « péter les bretelles » en parlant de cette initiative, a-t-il précisé.

« Ce que j’espère, c’est que d’autres personnes auront l’idée de faire la même chose. On ne se rend pas toujours compte à quel point il y a de la misère autour de nous. C’est important d’aider du mieux qu’on peut. Et ça peut être facile de le faire », a souligné M. Sénéchal.