La porte-parole nationale des Cercles de fermières, Suzanne Duchesneau et la directrice générale, Caroline Pelletier, étaient fières de la participation au congrès provincial.

Cercles de fermières: bien plus que des tricoteuses

Les femmes des Cercles de fermières sont-elles seulement des tricoteuses ? Bien sûr que non, rappelle la directrice générale de l’organisation, Caroline Pelletier, qui est de passage à Chicoutimi dans le cadre de leur congrès national, tenu à l’hôtel Le Montagnais de vendredi à dimanche.

Mme Pelletier était accompagnée par la porte-parole provinciale, Suzanne Duchesneau, dans une rencontre avec Le Progrès pour souligner la mission de l’organisation qui a pris naissance ici, à Saguenay, en 1915.

Les deux membres souhaitaient mentionner qu’être dans les Cercles de fermières était bien plus que seulement faire de la couture, et que l’organisation avait une mission, qui se veut sociale et très active. 

« Les gens connaissent très peu toutes nos missions. On fait souvent référence aux Cercles de fermières comme des tricoteuses, mais ce n’est pas que ça. Souvent, dans les Cercles, il y a beaucoup de tricots et d’arts textiles qui sont faits, mais c’est pour amasser des fonds pour des oeuvres caritatives », a expliqué la directrice générale, qui est en poste depuis janvier.

En 2018, l’organisation a donné plus de 10 000 $ à l’Union mondiale des femmes paysannes, plus de 170 000 $ à la Fondation OLO et près de 100 000 $ pour Mira.


«  C’est pour amasser des fonds pour des oeuvres caritatives.  »
Caroline Pelletier
Les organisatrices attendent quelques centaines de personnes, à l’exposition de leurs produits, à l’hôtel Le Montagnais, de vendredi à dimanche.

Les Cercles de fermières tiennent aussi à lutter pour l’amélioration des conditions de vie pour la femme et sa famille. Mme Duchesneau a ajouté : « La mission bien connue de notre organisation, c’est bien sûr la transmission du patrimoine artisanal et culturel. »

Le congrès national accueille plus de 700 femmes venues des quatre coins de la province pour participer à plusieurs ateliers aux sujets variés, tels que le zéro-déchet, la vie privée sur les réseaux sociaux et des astuces santé.

Elles profiteront aussi de l’occasion pour faire le bilan des activités de la dernière année et pour présenter le plan de celle à venir.

Une exposition surprenante

Une grande exposition fait aussi partie des immanquables de la fin de semaine, avec une centaine des plus beaux produits confectionnés par les fermières, qui se sont classées dans leur fédération, après avoir soumis leur oeuvre.

Cette année, chaque fédération expose quatre confections, soit un jeté de lit en courtepointes, un bas de Noël brodé, un châle au crochet et une fouta traditionnelle tunisienne.

Même si elles sont reconnues pour leur talent en tricots, les membres des Cercles des fermières tenaient à souligner qu’elles font bien plus que ça, en donnant des centaines de milliers de dollars à des œuvres caritatives par année.

Il y a également des créations de fermières qui voulaient essayer une nouvelle technique pour cache-cou, de même que des confections du volet participatif, donc pas en compétition, de jeunes, par exemple.

La porte-parole souligne que l’événement est toujours prisé et qu’elle attend plus d’un millier de visiteurs d’ici dimanche.