La mairesse Josée Néron demeure optimiste pour la réalisation du centre multisport de Jonquière. Elle a été encouragée par sa rencontre avec le club Venturi.
La mairesse Josée Néron demeure optimiste pour la réalisation du centre multisport de Jonquière. Elle a été encouragée par sa rencontre avec le club Venturi.

Centre multisport: «Une très bonne rencontre» selon Josée Néron

Mélanie Côté
Mélanie Côté
Le Quotidien
La mairesse de Saguenay, Josée Néron, garde confiance pour le projet de centre multisport. Mercredi matin, elle a rencontré le club de soccer Venturi en compagnie de la Commission des sports. « Une très bonne rencontre », selon elle.

« Ce qui a été formidable, ce matin (mercredi), c’est de voir que le message que l’on porte, soit que chacun des projets doit être étudié selon un modèle d’affaires où l’on interpelle la communauté, où ensemble, on travaille pour les réaliser. C’est exactement le message qu’ils voulaient nous livrer. Ils veulent faire partie de la solution pour permettre à la population de Saguenay d’avoir une infrastructure de la nature d’un centre multisport », résume Mme Néron.

La mairesse ne cache pas qu’il y a encore des défis à surmonter, dont celui de la dette. Mais selon elle, si tout le monde travaille ensemble, les conseillers, la population et peut-être un investisseur privé, « on peut arriver à quelque chose d’intéressant », estime-t-elle.

Josée Néron a particulièrement aimé que le club parle des enjeux et des solutions, non seulement pour le soccer, mais également pour le football et le baseball.

« Ce sont des sports très difficiles à pratiquer à l’intérieur des gymnases parce que la grandeur est inadéquate. »

Les dirigeants du club de soccer Venturi se sont présentés à la rencontre munis d’un document de 17 pages.

Thiffault et Crevier satisfaits

Le président de la Commission des sports et du plein air, Michel Thiffault, a été satisfait de la qualité de la rencontre tenue en présence du directeur général du club Venturi, Maxime Pepin-Larocque, et de ses quatre autres représentants. « Je n’ai pas besoin d’être convaincu de la nécessité de construire le centre multisport, puisque c’est un besoin pour le monde du soccer et du baseball. Ce qu’il faut régler, c’est la façon de le financer », de mentionner le conseiller.

La recherche de commandites et les revenus provenant de la location des installations ont été abordés.

Le conseiller a ajouté qu’il ne sera pas possible de réaliser les six projets majeurs dans les cartons à Saguenay.

De son côté, le conseiller Jean-Marc Crevier a salué l’excellente présentation du club, « des professionnels qui savaient ce que ça prenait comme centre ».

Selon lui, ils ont été capables de faire la démonstration que l’infrastructure pourrait opérer à coût nul.

« Une infrastructure comme ça, ça coûte tant d’argent, mais après, il faut la faire vivre. Ils ont fait une partie du travail qu’on aurait dû faire de notre bord. Ils veulent travailler avec nous et on va travailler avec leur expertise. »

Jean-Marc Crevier dit que le travail effectué par le club sera d’une grande aide, mais qu’il reste encore beaucoup de travail. Avec Denis Villeneuve

+

LE VENTURI VA COLLABORER 

Les dirigeants du club de soccer Venturi, qui regroupe tous les clubs de Saguenay, ressortent encouragés de leur rencontre avec les élus de la Ville, mercredi. Munis d’un document de 17 pages, ils ont présenté différentes pistes de solution, en plus de demander un accès aux plans et devis afin de diminuer les coûts de construction.

« On n’est pas des ingénieurs ou des architectes, mais on est des gens logiques. On a vu plusieurs centres multisports ailleurs au Québec et on sait quel genre d’infrastructure ça prend, a exprimé le directeur général du Venturi, Maxime Pepin-Larocque. La Ville nous a dit qu’elle ne voulait pas dépasser le budget de 25 M $ et on est là pour les aider à arriver à ce chiffre, tout en ayant une bâtisse utile, pratique et conviviale. »

La rencontre a duré environ une heure et a permis de rappeler certains aspects. Des statistiques ont été avancées, notamment sur le nombre de visiteurs hebdomadaires, estimé à 10 000 par le Venturi et basé sur un des cinq centres multisports qu’on retrouve dans la région de Québec.

« La grosse différence, c’est que tu peux louer davantage d’espace parce qu’il rentre plus de monde dans un stade comme celui-là que dans un aréna, par exemple », a fait savoir le DG.

Maxime Pepin-Larocque a aimé que la mairesse Josée Néron ait pris le temps de participer à la rencontre, ce qui démontre une belle ouverture, selon lui. Sans échéancier précis concernant les prochains développements, le directeur général du Venturi entend faire un suivi serré avec la Commission des sports. 

« On a senti une grande ouverture et on a vu que la Ville n’a pas laissé tomber le projet et qu’elle souhaite aller de l’avant », a-t-il soutenu, rappelant que le Venturi désirait avant tout être un allié de la Ville.

« On veut travailler avec eux et on veut faire avancer le projet, qui en est un pour l’ensemble du Saguenay–Lac-Saint-Jean. »