Centre multisport: Québec injecte 7,5 M$ à Jonquière

Le gouvernement du Québec, par l’entremise du ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS), injecte 7,5 millions $ dans le projet de construction d’un centre multisport à Jonquière.

Le complexe de 20 millions $, où il sera possible de pratiquer plusieurs activités et qui sera doté d’une piste de course, ouvrira ses portes dans un horizon de deux ans. Saguenay assumera les trois quarts de la facture, mais l'administration municipale n’écarte pas la possibilité de s’associer au privé pour un partage des coûts. Le nom du complexe pourrait être vendu à une entreprise.

Si la mairesse Josée Néron affirme qu’elle n’a reçu la lettre de confirmation du cabinet du ministre Sébastien Proulx que mercredi, l’annonce de l’appui financier de Québec au projet de stade de soccer intérieur relevait du secret de Polichinelle. Dès le refus livré au Patro de Jonquière pour l’agrandissement de son gymnase, l’information voulant que Québec livre une réponse favorable à la demande de Saguenay s’est mise à circuler. La Ville a soumis son dossier il y a sept mois.

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi au Pavillon Mellon d’Arvida, situé près du terrain synthétique, le député de Dubuc, Serge Simard, s’est dit heureux de pouvoir livrer «une très belle nouvelle pour les familles» de Saguenay et de la région.

«Le gouvernement s’est engagé à ce que toutes les régions profitent de nouvelles installations sportives et récréatives répondant à la fois aux besoins des athlètes, des jeunes sportifs et de la population en général. Il importe d’offrir des infrastructures modernes et de qualité qui leur donneront le goût de bouger», a déclaré le député, qui a livré l’annonce au nom du ministre Proulx. Du même souffle, le politicien a fait savoir que Québec verse 11 millions $ en soutien à une dizaine de projets moussés par des organismes et municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’enveloppe la plus importante est celle accordée à Saguenay pour le centre multisport (soccer dôme). Métabetchouan-Lac-à-la-Croix recevra notamment 1,7 million $ pour la rénovation de la piscine municipale. 

Un plus pour Jonquière

La mairesse Josée Néron n’a pas manqué de souligner le fait que le nouveau centre sera implanté à Jonquière. Lundi, des échanges vigoureux ont eu lieu au conseil de ville de Saguenay, alors que le conseiller Kevin Armstrong a déploré le peu d’investissements dans son arrondissement au cours des dernières années.

«C’est un projet qui me tient personnellement à coeur et qui tient à coeur à tous les membres du conseil. On a choisi, j’ai choisi d’implanter l’infrastructure à Jonquière. Je voyais là une belle possibilité de dynamiser l’arrondissement. C’était un choix personnel et entièrement soutenu par les conseillers de l’ensemble de la ville. Jonquière, c’était un choix géographique qui permettait de répondre aux besoins de Saguenay, mais aussi ceux de la région», a déclaré la première magistrate.  

Josée Néron et Michel Thiffault, conseiller jonquiérois et président de la commission des sports et du plein air de Saguenay, n’ont pas voulu s’avancer au sujet de l’emplacement du futur stade. Des négociations sont en cours avec des promoteurs privés et la Ville veut éviter une surenchère pour les terrains. En revanche, des terrains publics, dont certains appartiennent à la Ville, font partie des possibilités. Autour de cinq lieux potentiels ont été ciblés. Parmi ceux évoqués, notons le parc Saint-Jacques, le Cégep de Jonquière et le secteur de l’ancien Walmart, près de l’autoroute 70.

L’appel d’offres sera lancé dans un mois. Les plans et devis seront entre les mains des autorités municipales dans un délai d’environ six mois, pour une première pelletée de terre au printemps de 2019. La construction s’échelonnera sur 18 mois. 

«On veut donner l’exemple d’une ville qui prône les saines habitudes de vie», a mis en relief la mairesse Néron. Michel Thiffault a pour sa part insisté sur le fait que le projet «va créer un achalandage à Jonquière, au centre de notre grande ville et de notre région».