Un mur, appelé «wall-ride» dans le jargon, a été construit dans le vélo-parc.
Un mur, appelé «wall-ride» dans le jargon, a été construit dans le vélo-parc.

Centre de vélo de montagne de Saint-Félicien : plus de 1000 heures de bénévolat pour développer des sentiers

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le centre de vélo de montagne de Saint-Félicien a connu un essor monstre du bénévolat cet automne. Pendant huit fins de semaine consécutives, entre 25 et 40 bénévoles ont mis la main à la pâte à chaque journée de corvée, réalisant plus de 1000 heures de travail. Le manque d’activités à faire en zone rouge y est peut-être pour quelque chose, et la création d’un collectif, Les Fabricants, destiné à la conception de sentiers, n’est pas étrangère à cet engouement.

La scie à chaîne rugit d’un côté pour dégager un arbre encombrant. Pendant ce temps, un groupe trimbale de grosses roches pour combler un gros trou. D’autres bénévoles amènent du sable pour terminer le travail. Un peu plus loin, un autre groupe construit une passerelle pour franchir un milieu humide. Comme des petites fourmis, l’armée de bénévole améliore la piste Creek-Crak, en bordure de la rivière à l’Ours, qui était en mauvais état.

Mathieu Fourchon teste le saut qui vient tout juste d’être terminé.

Tout près de l’accueil du centre de vélo de montagne, un autre groupe d’une dizaine de bénévoles s’attaque à un autre projet d’envergure : l’agrandissement majeur du vélo-parc où plusieurs modules d’habilités sont en construction, dont des virages brusques (berms), des sauts (drops), un mur (wall-ride) et autres. « On veut offrir une plus grande diversité de modules de saut pour que les jeunes et les moins jeunes puissent s’améliorer », explique Alexandre Villeneuve Gagné, un des adeptes grandement impliqués dans le projet.

Cette année, le club Vélo2Max avait 50 000 $ à investir dans les sentiers, un beau montant, mais pas assez pour réaliser tous les projets dans les cartons. Pour optimiser l’argent du club et stimuler l’implication locale, un groupe d’adepte a décidé de lancer une nouvelle organisation : Les Fabricants qui « se veut un collectif qui a pour but premier d’améliorer, de diversifier et de démocratiser les sentiers de vélo de montagne à Saint-Félicien. »

Fanny Bard a participé à deux fins de semaine de corvées.

Ce sont les deux propriétaires de la boutique de vélo Atelier A1, Fabrice et Youri Boutin, qui ont été à l’origine du collectif lancé en partenariat avec le Club Vélo2Max et plusieurs motivés de vélo de montagne.

Une mobilisation accrue

Une équipe de bénévole fabrique une passerelle.

« Le but premier de ce projet est de mobiliser les gens, de les tenir informés des projets à venir, de servir de pont entre le centre de vélo et ses utilisateurs... et le dernier et non le moindre : élaborer des pistes de type Singletrack avec un petit penchant trail et enduro », explique Fabrice Boutin.

Étant donné que le Club Vélo2Max est impliqué dans tous les projets en lien avec le vélo, de la gestion du centre, à l’organisation d’événements, à la gestion du club de compétition, et à l’aménagement de sentiers, il était parfois plus difficile de recruter des bénévoles pour tous ces volets. Ce regroupement d’adeptes vient donc stimuler l’engagement de plusieurs bénévoles, dont plusieurs mettent la main à la pâte pour la première fois.

Des bénévoles à l’oeuvre dans un passage escarpé.

Selon le président du club Vélo2Max, Martin Demers, plus de 1000 heures de travaux bénévoles ont été réalisées cet automne, permettant de faire les projets beaucoup plus rapidement et à plus faible coût. « Un vélo-parc comme celui qui a été bâti cet automne nous aurait coûté plus de 50 000 $, alors qu’on va pouvoir s’en tirer pour 10 000 $ », dit-il.

Alors que plusieurs projets d’envergure ont nécessité de grands groupes de bénévoles, notamment ceux pilotés par le club, de plus petits groupes se sont aussi créés pour développer de nouvelles lignes dans la montagne.

Une structure en construction dans le vélo-parc.

Avec la création des Fabricants, plusieurs adeptes ont pris un projet en main et de l’ont développé avec des amis. Victor Verreault, un cycliste de haut niveau, a d’ailleurs mis la main à la pâte, car le Toboski est son terrain de jeu depuis de nombreuses années. « Plusieurs projets de cette année touchent la relève, mais aussi des sentiers experts qui deviendront des trails signature du centre », dit-il, qui se réjouit de voir une communauté de créateurs de sentiers se mobiliser pour améliorer le centre. Et même son père y met du sien, louant des pelles et des tracteurs, appartenant à Transport Verreault, au tiers du prix normal.

Avec son frère et quelques amis, Victor développe une nouvelle ligne pour expert devant le chalet du belvédère. « Rouler sa propre ligne donne un sentiment d’appartenance liée à l’effort qu’on y a mis, dit-il. C’est la récompense d’avoir un sentier comme tu l’as imaginée ! Ce sentiment est renforci quand les autres riders ont du fun autant que toi dans ta propre trail. Dans 20 ans la trail qu’on aura fait sera encore là, c’est comme aussi un moyen de laisser sa trace ! »

Le «wall-ride», une nouveauté à Saint-Félicien.

Fanny Bard, une adepte de vélo de montagne de Saint-Félicien, a également participé à deux fins de semaine de corvée. « Pour avoir parcouru plusieurs centres au Québec et ailleurs, je trouve qu’on n’a rien à envier aux autres quant à la qualité du site et du tracé des parcours, dit-elle. Sans la participation des adeptes du sport, on réussirait moins bien à maintenir ce beau réseau. Sans compter que faire ça en gang, dehors, tout en respectant les règles sanitaires, ça ajoute un peu au côté social plutôt faible en ce temps de pandémie. »

Avec tout ce travail, de nouveaux noms de pistes feront leur apparition sur les cartes du centre. En plus de jouer dans le vélo-parc et dans la nouvelle piste familiale de huit kilomètres, attendez-vous à voir de nouvelles pistes pour expert la Justin’time, la Corona, L’roc à Téo, la Strap à Jack et plusieurs autres descentes sauvages au cours des prochaines années.

Le logo du nouveau collectif de bâtisseurs de sentiers.

« Le collectif en est qu’à ses débuts, mais plusieurs beaux projets sont à venir pour la saison 2021. Nous sommes en train de structurer tout cela. Je crois que le centre de vélo de montagne de Saint-Félicien sera quasi méconnaissable rendu à l’automne 2021 », conclut Fabrice Boutin.

Un panorama des travaux réalisés dans le vélo-parc.