Lors du dévoilement des résultats financiers, Gervais Jacques, directeur exécutif, Opérations - Atlantique, n’a pas mentionné le projet d’expansion de son centre de production de billettes d’Alma.

Centre de coulée de billettes à Alma: l’incertitude plane au-dessus du projet

L’incertitude créée par le maintien de la taxe américaine sur l’importation d’aluminium, la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis conjuguée à la baisse du prix de la tonne d’aluminium et la hausse du coût des intrants laissent planer un doute sur la poursuite du projet d’expansion de son centre de production de billettes à Alma, d’une capacité de 180 000 tonnes annuellement.

Lors de son allocution et de la période de questions tenue mercredi par Gervais Jacques, directeur exécutif, Opérations - Atlantique, à la suite du dévoilement des résultats financiers, ce dernier s’en est tenu à citer la poursuite des travaux de l’usine d’assèchement des boues rouges du projet « Au-delà de 2022 » et d’investissements réalisés au Complexe Jonquière pour le maintien des salles de cuves précuites. En aucun moment, il n’a cité les projets d’expansion du centre de coulée de billettes almatois et de l’ajout des 16 cuves AP-64.

Cette omission a incité certains acteurs à s’interroger sur la volonté du producteur d’aluminium d’aller de l’avant avec ces projets.

Interpellée afin de préciser la position de la compagnie, Véronick Lalancette a déclaré que la compagnie travaille avec ses clients afin d’explorer les possibilités d’accroître la production de produits à valeur ajoutée et à trouver des moyens de rendre les projets plus compétitifs, ce qui est le cas pour le centre de production de billettes. Elle ajoute que la décision d’augmenter la capacité doit être compétitive par rapport aux autres options d’investissement tout en rappelant les propos de M. Jacques à l’effet que « Rio Tinto doit avoir une plus grande certitude sur le marché mondial ».

« Nous sommes en communication avec les différentes parties prenantes, incluant nos employés et leurs représentants », y mentionne-t-on.

Malgré tout, Rio Tinto assure que les projets d’expansion du centre de coulée d’Alma et l’ajout de 16 cuves AP 64 demeurent les principaux projets pour l’entreprise au Saguenay-Lac-Saint-Jean. La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean est importante pour Rio Tinto.

Dans les milieux de l’industrie de l’aluminium, il est de notoriété publique que la taxe américaine sur l’aluminium crée une zone de turbulence.

Nouvelle entente

Rappelons qu’en juillet dernier, Rio Tinto et le gouvernement du Québec ont annoncé un nouveau partenariat qui remplace l’entente conclue en 2006. Elle permet à Rio Tinto de poursuivre ses opérations à la raffinerie Vaudreuil et à l’usine d’électrolyse Arvida. L’extension de l’usine Arvida a été rendue possible grâce aux permis octroyés par le gouvernement et par la continuité du contrat énergétique à des tarifs préférentiels.

Cette entente permet à Rio Tinto d’investir avec confiance la somme de 250 millions de dollars canadiens afin de prolonger la vie de sa raffinerie d’alumine Vaudreuil. Elle permet à Rio Tinto d’investir la somme de 200 millions de dollars canadiens, ce qui permettra également de poursuivre les activités de l’usine d’électrolyse Arvida.