Lauraine Barrette et Jean-Marie Coulombe ont eu tous les deux 100 ans cet été. Ils fêtent en 2017 leur 75e anniversaire de mariage.

Centenaires et 75 ans de mariage

«Je ne pensais jamais me rendre là.» Dimanche matin, une messe était célébrée à l'église Saint-Coeur-de-Marie pour l'Almatois Jean-Marie Coulombe et sa femme Lauraine Barrette, qui ont soufflé tous les deux leurs 100 bougies cet été.
Lauraine Barrette et Jean-Marie Coulombe posent avec leurs enfants Aurélien, Bernadette, Benoît, Nicole et Martin.
Celui qui a travaillé à la ferme familiale jusqu'à 80 ans était encore bien alerte, lorsque rencontré par Le Quotidien avec sa famille. Il se déplaçait en fauteuil roulant, mais il utilise encore souvent sa marchette. Son épouse était plus fatiguée, elle dont les sens de la vue et de l'ouïe sont devenus faibles. Mme Barrette est cependant bien sereine, assurent ses cinq enfants. Le couple fête également 75 ans de mariage en 2017. Ils étaient vêtus de leurs plus beaux habits pour l'occasion.
«On ne restait pas loin sur le rang de la Belle Rivière, à Saint-Gédéon. Quand je passais devant chez elle, elle venait me parler au bout du chemin. Elle était belle. Je ne connaissais pas vraiment d'autres femmes, donc c'était la meilleure», avoue candidement M. Coulombe. 
Depuis un mois et demi, les deux centenaires vivent dans le même CHSLD, dans le secteur Saint-Coeur-de-Marie à Alma, pas loin de la ferme familiale. Ils ont 16 petits-enfants, 33 arrière-petits-enfants (bientôt 35) et même un arrière-arrière-petit-enfant en route. Certains d'entre eux ont participé à la célébration dimanche en chantant et en jouant de la musique.
«On les aime, mais on ne les voit pas assez souvent», confie Jean-Marie Coulombe, bien fier de sa famille. Celle-ci s'estime chanceuse de pouvoir encore profiter des deux aïeux.
«Un centenaire, c'est rare, mais un couple de centenaires, c'est encore plus rare» souligne leur plus jeune fils, Benoît Coulombe. Celui-ci en a long à raconter sur l'histoire de ses parents.
«C'est quand même exceptionnel. Ils ont vécu les deux guerres mondiales, ils ont suivi l'évolution de la radio et des autos, ils ont vu la naissance de la télévision. Ce sont des gens qui ont prié toute leur vie aussi. Mon père n'a jamais pris de pilule avant cette année et il est allé consulter à l'hôpital pour la première fois il y a deux ans. Ma mère faisait encore son mot mystère dans le journal l'an passé et tricotait beaucoup.»
Jean-Marie Coulombe soutient qu'il garde le coeur jeune. Le succès de sa forme, il l'attribue à sa vie de fermier. «La santé, c'est ça qui compte le plus. Ce matin encore, je me suis levé à 5h. J'ai toujours travaillé. Je ne prenais pas de bière. Je faisais beaucoup de vélo et on dansait ensemble, Lauraine et moi. J'aimais faire le tour du village à la marche.»
Même si elle n'a plus la fraîcheur de la jeunesse, Jean-Marie Coulombe regarde encore sa femme avec beaucoup de tendresse. C'est en voyant cette belle image que plusieurs parents et amis sont venus les féliciter, dimanche matin. Le couple a aussi reçu le livre Chronique d'Alma, publié pour les Fêtes du 150e anniversaire de la ville, de la part du conseiller municipal Jocelyn Fradette. Il est le président du comité des aînés et il était bien impressionné de connaître l'histoire de ces deux citoyens.
«Qu'Alma fête ses 150 ans, c'est le cours normal des choses. Mais que ces deux personnes fêtent leurs 100 ans ensemble, c'est extraordinaire», souligne-t-il.