Céline et Florence s'unissent

Parfois, la technique peut faillir à moitié dans un événement télé et compromettre l'ensemble de l'opération. Hier, la petite Florence Boucher, 15 ans, devait s'entretenir par vidéoconférence avec la chanteuse Céline Dion devant un auditoire d'enfants malades à l'hôpital Sainte-Justine dans le cadre d'un concours. Malheureusement, une défaillance vidéo a empêché la diva québécoise de pouvoir s'entretenir convenablement avec la Chicoutimienne, alors que seule l'image fonctionnait parfaitement. Toutefois, l'essentiel a été transmis. Florence souriait et semblait heureuse sur l'écran géant, malgré tout ce qui lui est arrivé.
L'histoire de Florence est bien connue au Saguenay, mais hier elle a servi d'inspiration pour les jeunes présents au centre hospitalier pour enfants à Montréal. Le 15 octobre 2011, elle a été happée par un autobus scolaire à la sortie des classes. La jeune, alors âgée de 12 ans, est restée coincée sous le lourd véhicule, subissant de nombreuses fractures aux jambes et des dommages internes importants. En quelques heures à peine, elle s'est retrouvée sous les soins d'une équipe d'experts chevronnés qui lui ont sauvé la vie.
La soirée gala d'hier servait de finale au concours «Chantez pour Sainte-Justine avec Céline Dion». Elle se tenait à la Maison symphonique de la Place des arts à Montréal. Le spectacle était également diffusé en direct à l'auditorium Céline Dion à Sainte-Justine, rempli à pleine capacité par les enfants malades et leurs parents. Pas moins de 174 chorales avaient participé au concours dans l'espoir de faire partie des deux gagnants qui ont eu la chance de chanter avec l'une des plus grandes stars de la planète. La chorale Les Petits chanteurs de Laval a été sélectionnée pour ses qualités artistiques et la Chorale de l'Externat Mont-Jésus-Marie de Montréal, composée de 66 choristes du primaire, a réalisé la plus importante collecte de fonds. L'événement a permis de récolter 827 000 $.
Stress technique
Dans la demeure de son père Jean-François, Florence avait devant elle un ordinateur portable et un iPad. Malgré la préparation technique de la veille, un délai entre l'image et le son a coupé court à la conversation. Cependant, l'animateur Grégory Charles et Céline Dion ont bien récupéré la balle au bond et les spectateurs présents à Montréal n'y ont vu que du feu. «Céline Dion leur a dit qu'elle aurait aimé ça leur parler en direct. Mais sinon il n'y a rien qui a paru, raconte Renée Larouche, l'ancienne porte-parole de Rio Tinto Alcan au Saguenay-Lac-Saint-Jean (2001-2007), présente sur les lieux. Quand j'ai vu la belle Florence dans le montage vidéo, je pleurais ma vie. Sa mère est ma meilleure amie. Florence rayonnait, elle était comme illuminée. Elle avait une aura atour d'elle.»
Comme quoi la défaillance technique n'a en rien entaché le message que devait livrer Florence. Son sourire aura suffi.
Florence était accompagnée sur l'écran géant par la jeune Lili-Anne, originaire de Montréal et aux prises avec de graves problèmes de système immunitaire. «Ce qu'ils veulent démontrer par le choix de Florence, c'est que les enfants de partout au Québec ont besoin de Sainte-Justine», a expliqué sa mère Catherine Munger, quelques minutes avant l'entrevue prévue, alors que le stress gagnait la demeure.
«Voir les gens qui m'applaudissaient, ça m'a beaucoup touchée, a relaté Florence après coup. J'espère que mon histoire peut servir de modèle aux enfants qui me regardaient, car aujourd'hui je peux presque tout faire ce que je faisais avant l'accident. Je trouve ça incroyable d'avoir parlé avec Céline Dion. Je ne pensais pas qu'elle était humaine à ce point. Je pensais qu'elle était tout le temps à Las Vegas. Mais j'ai réalisé qu'elle s'implique dans beaucoup de fondations. Elle est extraordinaire.»
Pgirard@lequotidien.com
Florence Boucher était accompagnée par ses parents Jean-François Boucher et Catherine Munger avant de s'entretenir avec Céline Dion par vidéoconférence.