L’expérience réalisée en petits groupes dans la classe de Charles-Gravel a permis de constater l’aisance avec laquelle les élèves utilisent le nouvel outil de familiarisation.

Cégep de Chicoutimi: une visite en réalité virtuelle

Les élèves du secondaire disposent d’un nouvel outil pour explorer les programmes d’études du Cégep de Chicoutimi. Ils ont la possibilité d’effectuer des visites de l’institution en réalité virtuelle et augmentée.

Vendredi, la direction du cégep a procédé au lancement de ce nouvel outil développé avec la collaboration des entreprises privées Stratéolab et TraitdeMarc. Pour l’occasion, des élèves de l’École secondaire Charles-Gravel ont pu l’expérimenter.

À l’aide d’une tablette électronique, les étudiants n’ont qu’à pointer la première page papier du répertoire de programmes du Cégep de Chicoutimi pour voir apparaître virtuellement l’immeuble en trois dimensions. En faisant une sélection des programmes parmi ceux offerts, l’application CChic-3D permet une visite des installations simplement en dirigeant la tablette. Le département de techniques infirmières, la piscine, les installations reliées à l’équipe de football et bien d’autres lieux peuvent faire l’objet d’une visite virtuelle.

À une époque où les jeunes sont initiés très jeunes aux vertus de la tablette, Éric Émond, directeur des affaires corporatives et des communications, explique qu’ils ont souhaité innover en développant un outil adapté à la volonté du cégep d’augmenter le recrutement d’étudiants en passant par l’amélioration de l’image de marque de l’institution.

Selon lui, beaucoup d’étudiants ou même d’adultes ne connaissent tout simplement pas les installations physiques du cégep. « On sait que le passage du secondaire au collégial crée une certaine anxiété chez les jeunes. La nouvelle application permettra de démystifier en quelques minutes le cégep », explique M. Émond. Ce dernier a mentionné que la nouvelle application CChic-3D sera appelée à évoluer dans les prochaines semaines.

L’expérience réalisée en petits groupes dans la classe de Charles-Gravel a permis de constater l’aisance avec laquelle les élèves utilisent le nouvel outil de familiarisation.

Le projet a nécessité un investissement de 25 000 $, une somme nécessaire pour modéliser les bâtiments du Cégep de Chicoutimi et procéder au tournage des installations, dont certaines ont été complètement restaurées, comme c’est le cas pour le département d’informatique.

Du côté de Stratéolab, le président Alexandre Boudreault a mentionné que le développement d’un tel outil pour le cégep est une première. L’idée originale est venue de l’institution et l’entreprise a accompagné les initiateurs afin de créer un outil de marketing original. Il y voit également de nouveaux débouchés pour les entreprises privées qui souhaiteraient faire connaître leurs installations à d’éventuelles recrues dans le contexte de la rareté de main-d’oeuvre. « Un tel outil permet de transporter son organisation avec soi », mentionne M. Boudreault.