Martine Ouellet

Catherine Bouchard-Tremblay candidate pour le Bloc québécois

Catherine Bouchard-Tremblay, qui avait porté les couleurs d’Option nationale lors de deux élections provinciales, sera la candidate du Bloc québécois à la partielle dans Chicoutimi-Le Fjord. La jeune femme estime « qu’après la pluie vient toujours le beau temps », lorsqu’on lui parle de la tourmente au sein du parti indépendantiste.

La candidature de Catherine Bouchard-Tremblay a été annoncée officiellement vendredi matin. Celle qui avait représenté le défunt parti Option nationale en 2012, puis en 2016, s’est sentie interpellée par les valeurs du Bloc québécois. Elle ne craint pas de se lancer au sein d’un parti qui a vu plusieurs de ses députés claquer la porte dernièrement et dont le leadership de sa chef, Martine Ouellet, est critiqué. 

« Je ne suis pas une fille qui a peur de beaucoup de choses. Les valeurs du Bloc québécois me correspondent, notamment l’indépendance du Québec et les enjeux gouvernementaux. Et on oublie qu’après la pluie vient toujours le beau temps. Ça ne sera pas toujours orageux », a répondu Catherine Bouchard-Tremblay, lors d’un entretien accordé au Progrès. 

Au cours des prochains jours, la candidate compte partir à la rencontre des électeurs et visiter toutes les municipalités et les villages qui composent la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord.

Questionnée sur le fait qu’elle n’avait pas l’appui de l’association locale du Bloc québécois, puisque la présence de Martine Ouellet à la tête du parti est toujours contestée, la candidate n’a pas semblé en être ébranlée. « Je vous dirais que je suis prête à travailler avec tout le monde », a souligné Catherine Bouchard-Tremblay. 

« Catherine Bouchard-Tremblay est une jeune femme intelligente et énergique, une battante pour l’indépendance du Québec. Nous sommes honorés qu’elle porte nos couleurs dans votre magnifique région », a de son côté affirmé la chef Martine Ouellet. 

Malgré la crise

(La Presse canadienne) - La chef du Bloc soutient qu’elle va reconstruire « une équipe positive » autour de sa candidate pour l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord puisque celle-ci n’aura pas l’appui de l’association de circonscription.

Mme Ouellet était de passage à Saguenay vendredi pour annoncer la candidature de Catherine Bouchard-Tremblay, « une indépendantiste assumée ». 

« Il y a de la relève pour le Bloc québécois et il y a de la relève pour l’indépendance, a affirmé la chef bloquiste en entrevue. Je suis très contente qu’une femme ait l’audace de se présenter ici dans le comté. »

La candidature de Mme Bouchard-Tremblay est toutefois plombée par la crise qui secoue le Bloc québécois depuis le départ de sept de ses dix députés le 28 février. Ils reprochaient à la chef son intransigeance. Une semaine plus tard, l’association de circonscription dans Chicoutimi-Le Fjord demandait à Mme Ouellet de quitter la direction du parti pour éviter de nuire aux chances du Bloc québécois de faire élire un candidat lors de l’élection partielle.

Depuis plusieurs employés du parti et membres de la garde rapprochée de la chef ont démissionné. Le dernier à avoir claqué la porte est le trésorier du parti, Jules Gagné. Il a annoncé mercredi qu’il quittait après que le Forum jeunesse du Bloc québécois eut retiré son appui à Martine Ouellet. Celle-ci n’a pas réussi à « maintenir la cohésion au sein du parti », a-t-il écrit dans un courriel.

« Ce n’est pas ce qu’il disait du tout ni au bureau national, ni au conseil général, a soutenu Mme Ouellet. Donc, j’ai été surprise de cette déclaration-là. »

Malgré la pression qui s’accentue, la chef n’a pas l’intention de jeter l’éponge à deux semaines de son vote de confiance.