Alex Gonthier de Saint-Félicien affirme être un véritable fan de poutine. - Photo Guillaume Pétrin Le Quotidien
Alex Gonthier de Saint-Félicien affirme être un véritable fan de poutine. - Photo Guillaume Pétrin Le Quotidien

Casser la croûte sur la 169

Forts populaires chaque été auprès des Jeannois et des touristes, les casse-croûtes sont de nouveau ouverts pour le grand bonheur de tous. Le Progrès s’est entretenu avec quelques-uns des propriétaires, jeudi, lors d’une petite virée ensoleillée sur la route 169.

Premier arrêt : restaurant Chez Perron à Saint-Prime. Offrant habituellement un menu du jour complet, le responsable Guy Hamel explique que le restaurant s’est adapté en proposant un menu rapide pour emporter.

Le restaurant Chez Perron à Saint-Prime.

« Pour le moment, on offre un menu pour emporter de style cabane à patate. Tout ce qui va dans la friteuse en réalité. Dans les circonstances de la COVID, il faut que ça soit rapide vu que l’on est à personnel réduit. »

Quelques clients rencontrés sur place se disaient heureux de pouvoir savourer une poutine faite avec du fromage Perron frais du jour.

Prochain arrêt, quelques mètres plus loin seulement : la cantine Casse-O. Nouveau propriétaire depuis le 1er février, Jean Bédard a raconté ne pas trop chômer depuis le 22 avril, date de l’ouverture de son commerce.

Le nouveau propriétaire de la cantine Casse-O de Saint-Prime, Jean Bédard.

« On a ouvert pratiquement en période hivernale, il faisait -7 °C. Il y avait beaucoup de monde. Les gens étaient fébriles. »

La Cantine Chambord.

L’amateur de poutine devrait être bien servi, car la cantine en offre une dizaine. La plus populaire selon le proprio ? « La poutine Domaine-du-Roy. En plus des frites, du fromage et de la sauce, il y a du steak haché, des saucisses hot-dog et des oignons. C’est assez complet comme poutine ! »

Pour sa part, Alex Gonthier, de Saint-Félicien, affirme être un véritable fan de poutine. « J’en mange tout le temps ! » Au moment de la rencontre, son choix s’était arrêté sur la poutine Galvaude, lui qui en était déjà à sa troisième visite au Casse-O depuis sa réouverture.

La Cabane Chez Aline à Desbiens.

À la cantine Chambord, Marie Bourassa et son conjoint Yvan Morissette de Roberval s’étaient arrêtés le temps d’un « petit pique-nique » avant de se rendre acheter des fleurs.

Employée à la cantine, Mélanie Lafrenière confirmait l’enthousiasme des clients depuis l’ouverture. « Il y a beaucoup de clients et ils disent que l’on a les meilleures frites et ils sont heureux. »

La Frite Mexicaine.

À la Cabane Chez Aline à Desbiens, le copropriétaire Gilles Boudreault a ouvert le restaurant le 7 mai dernier. Les affaires sont bonnes selon lui. « Ç’a augmenté depuis l’an passé. » Le secret d’une bonne poutine ? « Secret de Maurice et Aline, les fondateurs de la Cabane Chez Aline ! »

Avant-dernière pause gourmande : la Cabane à Lulu à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, une division de Chocolat Lulu. Son propriétaire, Colin Tremblay, était sur place, jeudi midi, pour l’ouverture officielle de son commerce. Il croit bien que les clients seront au rendez-vous au cours des prochains jours.

Carolanne Gagnon et Jérôme Tremblay ont profité de leur passage à La Frite Mexicaine pour combler leur appétit du moment.

« L’ouverture des campings et des chalets devrait activer les ventes au Lac. Tous les autres restaurants sont fermés. »

Natifs d’Alma et roulant en Can-Am Spyder, Bernard Gaudreault et son fils Carl s’étaient arrêtés l’instant d’une crème molle. « J’arrive de Chambord. Je fais toutes mes commissions en Spyder. »

Poutine mexicaine. 

Le patriarche se disait ravi de l’ouverture des cabanes à patates frites, mais déplorait tout de même le manque de toilettes. « C’est tannant pour les salles de bain. On n’en a aucune de disponible partout où l’on va. C’est ordinaire, mais on n’a pas le choix et il faut vivre avec ça ! »

Dernier arrêt : La Frite Mexicaine. Revenant de la plage, Carolanne Gagnon et Jérôme Tremblay ont profité de leur passage au restaurant pour combler leur appétit du moment. « On avait un petit creux. On a commandé des hot-dogs avec les frites mexicaines, car elles sont vraiment bonnes ! »

Bernard Gaudreault et son fils Carl se sont arrêtés à la cabane à Lulu l’instant d’une crème molle.

Pour sa part, Véronique Michaud, de Québec, profitait de sa visite au Lac-Saint-Jean pour compléter l’achat d’un VR et découvrir en même temps l’emblématique restaurant.

« On a commandé des trios burritos et fajitas, on est à La Frite Mexicaine quand même ! On va aller manger ça dans un petit belvédère plus haut. »

Colin Tremblay, propriétaire de la Cabane à Lulu.