Carolyne Tremblay écrit pour se soigner

La courtière immobilière Carolyne Tremblay a réalisé un vieux rêve de jeunesse, il y a quelques jours, en lançant son tout premier livre, La vie est belle quand on veut qu’elle soit belle... L’objectif de cet exercice était d’offrir du réconfort aux autres. L’auteure jeannoise ne chôme pas alors qu’elle planche déjà sur un autre projet d’écriture.

« C’était pour offrir du réconfort aux gens. Quand je l’ai finalisé après le décès de ma sœur, j’avais tellement mal, je me suis dit que je devrais aider les autres à avoir moins mal. Je sais à quel point ça fait mal. Je me suis dit que je pourrais glisser des mots qui pourraient apporter une petite dose de courage », confit-elle.

Dans cette première publication, la Brunoise présente sous ordre alphabétique divers écrits qu’elle a accumulé au fil des années. « Ce sont des sentiments qui sont universels comme le lâcher-prise et l’intuition. Je me suis retrouvée face à un casse-tête. J’ai écrit par thème et j’ai ensuite tout regroupé et démêlé ça par lettre alphabétique. Je me suis dit que j’écrirais de A à Z et que ce serait facile de lecture », a expliqué celle qui s’adonne à l’écriture automatique depuis un bon moment.

Le passe-temps qu’est l’écriture est entré dans la vie de l’auteure alors qu’elle n’avait que 10 ans. À l’époque, elle avait reçu un journal personnel pour y inscrire « ses joies, ses peines et ses petits secrets ». Carolyne Tremblay s’en souvient comme si c’était hier. Déjà, elle s’assoyait devant son pupitre et pratiquait les dédicaces qu’elle aurait peut-être, un jour, la chance d’écrire à des lecteurs. Elle n’a plus jamais cessé d’écrire alors que pendant longtemps, elle a été la responsable des textes lus lors des rencontres familiales.

Écrire au lever du soleil

Carolyne Tremblay a rendez-vous avec l’écriture très tôt le matin. C’est un moyen pour elle de démarrer en force ses longues journées de travailleure autonome. L’auteure se consacre également à son dada le samedi matin. « Dès que le soleil se lève, j’ai besoin d’écrire. C’est comme ça. J’écris en me réveillant », souligne-t-elle.

C’est en 2011 que le passe-temps de Carolyne Tremblay a pris une tout autre signification. Victime d’un accident de la route, l’un de ses fils s’est retrouvé paraplégique. Un travail de 250 pages est né de cette terrible épreuve familiale. « J’ai libéré mon esprit de la douleur. J’ai libéré tout ce qu’il y avait à libérer. J’ai commencé à écrire dès son hospitalisation. Ça me faisait du bien, les journées où c’était plus difficile, je ressortais le crayon. C’est ma thérapie. C’est vraiment ça qui fait que j’arrive à refaire surface d’une épreuve », raconte celle qui a passé plusieurs mois à Québec pendant la réadaptation de son garçon.

Portée par sa sœur

Carolyne Tremblay s’est de nouveau accrochée à sa bouée de sauvetage qu’est l’écriture, au printemps dernier, alors que sa sœur Nadine est décédée des suites d’un cancer. Cette triste étape lui aura au moins permis d’enfin compléter son ouvrage. Encore une fois, le processus de création s’est avéré à être un processus de guérison. « C’est là que j’ai mis le mot fin dans mon livre. Avant, je le mettais toujours de côté. Je me disais qu’un jour, j’aurais le temps de le compléter. En étant travailleure autonome, je suis sept jours sur sept au travail. Je me disais qu’un jour, je prendrais le temps de le finir », explique-t-elle.

La sœur de Carolyne Tremblay a eu une grande incidence sur le livre fraîchement publié. La couverture du livre présente une photo la présentant. Lorsqu’elle a appris son diagnostic de fin de vie, elle a demandé à être amenée à la plage en compagnie de son chien. L’auteure confie avoir eu des frissons à la prise du cliché. C’est à ce moment qu’elle a pris conscience que sa sœur pourrait décéder.

Le titre du livre qui devait être Comme une pluie de soleil a également été modifié. L’actuel titre est, en fait, une phrase qui a été prononcée par sa sœur, peu de temps avant son décès. À ce moment, elle a rappelé à Carolyne Tremblay l’importance de poursuivre ses projets malgré la douleur du deuil.

Des projets pour les plus jeunes

Carolyne Tremblay, qui traverse le tourbillon découlant du lancement de son premier livre, planche déjà sur une deuxième œuvre.

Sans grande surprise, l’inspiration provient, en grande partie, de sa sœur Nadine.

L’auteure compte également publier des livres destinés aux enfants. Plus jeune, elle a écrit plusieurs histoires pour ses fils. Les textes qui ont un quart de siècle contiennent divers messages et leçons de vie qu’elle écrivait spécialement pour ses garçons.

La vie est belle quand on veut qu’elle soit belle... de Carolyne Tremblay est disponible à la Librairie Harvey d’Alma ainsi que via la page Facebook, Le journal de mes histoires-Carolyne Tremblay Auteure.