Caribou: les vieilles analyses laissées de côté, assure Richard Hébert

Richard Hébert assure que l’entente fédérale-provinciale sur la protection du caribou forestier ne va pas se fier aux inventaires aériens de hardes de caribous effectués en 2007, tout en affirmant que la stratégie à mettre en place n’a pas encore fait l’objet de consultation.

Le député de Lac-Saint-Jean du Parti libéral du Canada a réagi par voie de communiqué au reportage publié le 19 février dans les pages du Quotidien. En se basant sur une série de documents, on relatait que le gouvernement du Québec s’apprêtait à adopter les normes d’Ottawa, basées sur des inventaires de caribous vieux de plus de 10 ans.

De telles mesures, dont notamment la notion de perturbation maximale de 35 pour cent du territoire forestier, pourraient faire perdre jusqu’à 9000 emplois dans les régions québécoises où il y a des opérations forestières, dont le Saguenay–Lac-Saint-Jean.


«  Tous les deux me disent qu’il n’y aura pas de mesures qui vont être prises dans le but de faire fermer des usines et des villes forestières comme Dolbeau-Mistassini.  »
Richard Hébert

Or, Richard Hébert a eu la certitude que les nouvelles mesures ne vont pas être prises dans le but de faire perdre des emplois.

« J’ai parlé directement à la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, et à Sean Fraser, son secrétaire parlementaire. Tous les deux me disent qu’il n’y aura pas de mesures qui vont être prises dans le but de faire fermer des usines et des villes forestières comme Dolbeau-Mistassini », a martelé Richard Hébert.

Pour ce qui est des 9000 pertes d’emplois potentielles, le député de Lac-Saint-Jean estime que ce chiffre est surestimé puisqu’il est basé sur d’anciennes analyses et que le gouvernement du Québec ne va pas les utiliser pour établir les nouvelles normes de protection du caribou forestier.

Richard Hébert convient que le gouvernement du Canada a la responsabilité légale de protéger les espèces, mais c’est au gouvernement du Québec d’appliquer les mesures de protection.

Les négociations entre les gouvernements provincial et fédéral ont été amorcées en novembre dernier pour établir une entente à long terme sur la protection et le rétablissement du caribou. Selon Richard Hébert, neuf rencontres ont eu lieu depuis entre les différents partis concernés.

« Les discussions avancent, et le gouvernement du Québec s’est montré prêt à entreprendre la mise en oeuvre de mesures concrètes pour la gestion de l’habitat du caribou et pour le rétablissement de l’espèce », est-il écrit dans le communiqué émis par le bureau de M. Hébert.