Le candidat conservateur à l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, demande au gouvernement fédéral de modifier le plan de rétablissement du caribou forestier afin de protéger l’économie régionale.

Caribou forestier: Martel inquiet pour l’économie régionale

Le candidat conservateur à l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, exige du gouvernement fédéral une modification de la stratégie du plan de protection du caribou forestier qui aura des impacts négatifs majeurs pour l’industrie forestière régionale dans sa forme actuelle.

Le candidat rejoint les préoccupations des industriels forestiers et des élus des communautés dont l’activité économique dépend de la forêt. Le gouvernement canadien a déjà fait savoir aux gouvernements provinciaux qu’elles devaient appliquer la norme de 35 % de perturbation de la forêt sous aménagement pour protéger les populations de caribous.

« Je suis d’avis qu’il faut protéger le caribou forestier, mais je n’accepterai jamais qu’un emploi se perde au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour y arriver. La province du Québec a présenté un plan intelligent qui tient compte des réalités régionales et je demande au premier ministre de nous garantir que le fédéral suivra ce plan », a déclaré le candidat conservateur, reprenant ainsi un engagement de campagne électorale du premier ministre du Québec Philippe Couillard.

« Ce qu’il faut comprendre avec ce dossier, c’est qu’un fonctionnaire d’Ottawa pourrait faire un tracé pour protéger le caribou forestier sans tenir compte de l’activité économique et ainsi mettre en péril tout développement pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean », a enchaîné Richard Martel.

Le candidat conservateur cite une étude de l’Institut économique de Montréal pour illustrer les risques du plan fédéral de protection du caribou forestier pour l’économie régionale. À l’échelle de la région, l’institut parle de pertes économiques se chiffrant à 261 M$ et 1700 emplois. Le gouvernement du Québec avait de son côté évalué l’impact du plan fédéral à la disparition de 9000 emplois au Québec avec une réduction de la possibilité forestière de 3 millions de mètres cubes.

Le candidat conservateur juge que devant un tel risque au chapitre des emplois, Ottawa à l’obligation de respecter les propositions du Québec qui tiennent compte des réalités locales et surtout de l’activité économique associée à l’exploitation forestière.

Le comté de Chicoutimi-Le Fjord comprend toujours une scierie (Lignarex), trois coopératives forestières ainsi que tout le secteur des services associés à l’exploitation forestière et l’entretien des usines de pâte et papier que l’on retrouve dans la région.