En raison de la COVID-19, toutes les rencontres organisées dans le cadre de la journée Caravane #moiaussi se feront en ligne.
En raison de la COVID-19, toutes les rencontres organisées dans le cadre de la journée Caravane #moiaussi se feront en ligne.

Caravane #MoiAussi: un premier arrêt virtuel au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La Carave #MoiAussi fera un premier arrêt virtuel dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le 18 novembre prochain. Tous ceux et celles ayant vécu des violences sexuelles par le passé et qui ont des questions juridiques à ce propos sont invités à s’y inscrire afin de rencontrer des professionnels qui pourront les informer et les soutenir.

Cette journée est organisée par Juripop, un organisme de Montréal qui vise à créer des projets d’information originaux tout en offrant des services juridiques à prix modique. Toutes les consultations données par les intervenants de la Caravane #Moiaussi sont gratuites. Le projet a été mis sur pied en 2019, après le début du mouvement #Moiaussi, en collaboration avec le réseau des Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) et le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

L’arrêt pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean se tiendra le 18 novembre prochain. « C’est une tournée que l’on fait à travers 12 régions administratives pour donner de l’information juridique et un soutien psychosocial aux personnes qui sont victimes de violence à caractère sexuel. Ce sont des rencontres confidentielles et gratuites. Les rencontres peuvent être avec des procureurs de la Couronne, ou également des avocats d’autres domaines ou encore des intervenants psychosociaux, notamment du CAVAC ou d’autres organismes partenaires », explique Marie-Maude R. Beauvais, avocate et chargée de projets chez Juripop. Elle ajoute que certains corps de police participent aussi à la Caravane, pour répondre aux questions par rapport aux plaintes et au processus d’enquête, entre autres.

Comme tous les événements organisés récemment, Juripop a pris la décision de tenir sa journée en ligne, au lieu de se déplacer dans la région. L’organisme mobilisera tout de même ses partenaires, cette journée-là, pour répondre aux gens de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui veut dire que tous les rendez-vous se feront soit par visioconférence ou encore par téléphone. Chaque rencontre dure environ une vingtaine de minutes.

Les personnes qui participent habituellement à cette journée veulent, par exemple, entreprendre un recours judiciaire ou simplement savoir ce que sont leurs droits, qui sont souvent méconnus. « Cette journée s’adresse à toute personne qui a vécu des violences à caractère sexuel, mais également à des témoins, des proches qui auraient dans leur entourage des gens qui en auraient vécu », continue Marie-Maude R. Beauvais. Elle mentionne que ces personnes viennent souvent pour mieux savoir comment soutenir leur proche.

C’est la deuxième journée que tient la Caravane depuis le début de la pandémie. Il n’est pas possible de dire si la vague de dénonciations sur les réseaux sociaux aura un impact sur le nombre de demandes. Toutefois, la chargée de projet pense qu’effectivement, il y en aura, puisqu’elle a déjà vu une hausse rapide de demandes dans d’autres projets menés par Juripop. « Il faut comprendre que notre but n’est pas de pousser les personnes à aller porter plainte, mais plus de les informer sur leurs options et leurs choix », précise l’avocate.

Pour participer, les intéressés doivent s’inscrire en ligne ou par téléphone. Un formulaire est disponible en ligne, où la personne doit inscrire ses disponibilités, ses coordonnées, ainsi que les ressources qu’elle aimerait rencontrer. Il est également possible de le faire par téléphone au 1-833-JURIPOP. La date limite pour envoyer la demande est vendredi 13 novembre. Les gens qui ont des questions peuvent aussi rejoindre Juripop par courriel ou par téléphone pour en savoir plus sur le projet.