Les employés de la SAQ doivent normalement porter un pantalon de travail.

Cannabis: des employés exclus protestent à la SAQ

Des employés de la Société des alcools du Québec (SAQ), notamment au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ont choisi d’abandonner leurs pantalons de travail au profit de jeans et de joggings en guise de moyens de pression pour améliorer leurs conditions d’emploi. Les syndiqués se sentent lésés d’être exclus des futurs travailleurs de la nouvelle filiale de la société d’État qui s’occupera de la distribution du cannabis.

Jeudi, le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi régissant le cannabis, qu’il sera légal de consommer à l’été 2018. La province a prévu la création de la Société québécoise du cannabis (SQC), chapeautée par la SAQ, qui gérera de nouveaux points de vente. Or, un travailleur ne pourra pas être employé des deux sociétés en même temps.

«Mais pourquoi le gouvernement a-t-il précisé cet aspect dans le projet de loi, c’est fort inhabituel», s’interroge le Syndicat des employé(e)s de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB SAQ) dans un communiqué publié le 16 novembre. C’est d’ailleurs dans ce document que les salariés sont invités à porter des jeans et des joggings.

Selon le SEMB, la précision légale proviendrait d’une demande de la direction de la société d’État qui veut empêcher ses employés de bénéficier des nouveaux postes qui seront créés avec la SQC, bien que 70 % des syndiqués travaillent à temps partiel. Ceux-ci «ne réussissent pas à combler leurs semaines et doivent avoir un deuxième emploi», peut-on lire.

Le syndicat négocie présentement avec l’employeur la nouvelle convention collective. La plus récente est échue depuis le 31 mars 2017. Le SEMB déplore de devoir «autofinancer [les] augmentations de salaire en coupant dans nos conditions de travail».

Dans les succursales SAQ de Saguenay samedi, le moyen de pression a été remarqué. Toutefois, les employés n’avaient pas le droit de s’adresser aux médias. Il n'a pas été possible à ce moment d'obtenir l'avis de la société d'État à ce sujet.