Lors de la dernière campagne électorale, les candidats d’Alma ont dépensé 1484,61$ sur les réseaux sociaux.

Campagne à Alma: dépenses en hausse sur Facebook

Force est d’admettre que les réseaux sociaux sont devenus un incontournable en politique à tel point que les élus y consacrent, dorénavant, des montants afin d’augmenter la puissance de leurs publications.

En dehors de leur vie politique, tous les élus almatois détiennent une page Facebook personnelle. Près des deux tiers des conseillers ont recours à une deuxième page réservée à leur fonction politique. De ce nombre, quelques-uns ont fait le choix d’investir en publicité sur le réseau social de Mark Zuckerberg durant la dernière campagne électorale.

D’après les rapports de dépenses électorales obtenus en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, les candidats almatois ont investi 1484,61 $ pour la gestion des réseaux sociaux. 1189,76 $ ont permis de payer les services de firmes spécialisées. Ainsi, près de 300 $ ont été versés en contenu commandité. Ces montants se sont dirigés vers Facebook sans passer par l’intermédiaire d’entreprises d’ici. 

Parmi les candidats élus, les conseillères Véronique Fortin et Audrée Villeneuve et le conseiller Olivier Larouche se sont tournés vers la publicité numérique. Les candidats défaits, François Bourgeois, Audrey Beaulieu et Samuel Tremblay, ont également choisi ce type de média.

L’utilisation d’une page Facebook par des échevins et des maires peut sembler, en apparence, banale. Toutefois, il s’agit d’une dépense en période électorale. Selon Élections Québec, « une dépense électorale est définie comme étant le coût de tout bien ou service utilisé durant la période électorale, pour notamment favoriser ou défavoriser un candidat ».

Contrairement à d’autres villes, Alma n’a pas de politique encadrant l’utilisation des médias sociaux. « Le maire et les conseillers agissent selon leurs propres choix et méthodes. Ainsi, le Service des communications n’intervient pas dans leur publication », précise Audrey-Claude Gaudreault, conseillère en communication à Alma qui n’a pas de page officielle. Ainsi, les activités de la Ville de l’Hospitalité se déclinent en trois pages Facebook : Service des loisirs et de la culture, Ville d’Alma Spectacles et Bibliothèque d’Alma. 

Médias traditionnels délaissés

Les médias traditionnels semblent avoir été délaissés par les candidats de la campagne électorale municipale de novembre 2017. Le candidat du district numéro 1, Olivier Larouche, a fait un placement publicitaire de 600,01 $ à la radio d’Alma, Planète 104,5. Il s’agit du seul candidat à avoir choisi ce média. De son côté, Audrée Villeneuve est l’unique candidate à avoir opté pour une campagne dans un journal. Son rapport de dépenses électorales confirme une dépense de 388,62 $ au journal Le Lac-Saint-Jean. 

En revanche, les services d’impression de la région continuent d’être utilisés. Seulement un candidat non élu a fait affaire avec une compagnie en ligne pour l’impression de son matériel publicitaire. Une dépense de 1153,35 $ sur le site Vistaprint a été déclarée. 

Surtout de la publicité traditionnelle à Saguenay

Contrairement à leurs confrères almatois, les conseillers municipaux de Saguenay ont préconisé des dépenses reliées à l’affichage traditionnel lors de la dernière campagne électorale municipale. Ainsi, peu d’élus saguenéens ont fait l’achat de publicité sur les réseaux sociaux. 

La vérification des rapports de dépenses électorales d’Élections Québec faite par Le Quotidien aura permis de dénombrer très peu de frais reliés au réseau social Facebook. 

Le conseiller du district #4, Kevin Armstrong, est l’unique élu à avoir inscrit une dépense de 162,24 $ attitrée à Facebook. De son côté, le conseiller Carl Dufour est l’un des seuls à avoir confié une partie de son budget publicité à une agence de marketing. Ainsi, son rapport comprend 3514,24 $ chez Katapub. De ce montant. 1903,24 $ a été consacré à la publicité. Enfin, 23,29 $ ont permis au conseiller Jonathan Tremblay de payer l’hébergement d’une plateforme Web. 

Plusieurs conseillers ont confirmé au Quotidien avoir énormément utilisé leur page Facebook pendant la dernière campagne. Ceux-ci ont confié avoir multiplié le contenu sans jamais y investir un dollar. Le nombre d’abonnés et les fortes réactions les auront aidés.

Qu’elle soit numérique ou traditionnelle, la publicité aura occupé beaucoup d’espaces lors des élections municipales de Saguenay. Selon les rapports de dépenses électorales d’un parti politique, l’Équipe Dominic Gagnon — Parti des citoyens de Saguenay a des frais de 78 148,86 $ en publicité. La publicité aura coûté 93 405 $ à l’Équipe du renouveau démocratique.

Politique Facebook

Les organismes, services et employés de Saguenay doivent se soumettre à une politique Facebook. « Les annonces et publications circulent presque toujours par un canal de communication défini qui est souvent la page officielle de la ville », précise Marie-Hélène Lafrance, conseillère aux relations médias à la Ville de Saguenay. En revanche, les conseillers municipaux n’ont pas à se soumettre à cette politique.