Le commandant Stéphane Julien (troisième sur la photo), a expliqué que les cabanes parties à la dérive la semaine dernière ne lui ont pas occasionné de travail supplémentaire.
Le commandant Stéphane Julien (troisième sur la photo), a expliqué que les cabanes parties à la dérive la semaine dernière ne lui ont pas occasionné de travail supplémentaire.

Cabanes à la dérive: pas de travail supplémentaire pour la Garde côtière

Les cabanes à pêche qui sont parties à la dérive le long de la rivière Saguenay n’auraient pas occasionné de travail supplémentaire au Pierre Radisson, le brise-glace les ayant repêchées.

Présent lors de la soirée d’ouverture de la saison de pêche blanche, vendredi, au Vieux Théâtre de La Baie, le commandant Stéphane Julien a affirmé n’avoir fait aucun détour pour récupérer les embarcations. « Le brise-glace était déjà sorti pour faire des exercices, alors je n’ai pas eu à faire de détour ou à faire des heures supplémentaires pour les sortir de l’eau, résume le commandant Julien. C’est inusité, mais on a déjà vu ça avant. »

Il indique que, bien qu’une cabane ne soit pas un obstacle pour un navire commercial, il est préférable de récupérer ce type d’embarcation pour des raisons de sécurité.

« On ne sait pas s’il y a quelqu’un dedans, explique-t-il. Un navire, ça va passer dessus sans problème, mais il faut penser qu’il y a peut-être quelqu’un dedans. Pour l’environnement, c’est mieux de les repêcher aussi, parce qu’il peut y avoir des éléments, comme du propane, qu’on ne voudrait pas voir dans l’eau. »

Le commandant Julien confirme avoir repêché quatre cabanes au total. Celles-ci ont pu être remontées grâce à la grue du brise-glace, dont le câble avait été fixé aux cabanes. Le commandant Julien a souligné la solidité des embarcations, qui sont restées en excellent état.