Ça brasse encore à Lamarche: Fabienne Girard destituée

La directrice générale de Lamarche, Fabienne Girard, a été destituée de ses fonctions de présidente des élections. La Commission municipale du Québec a pris cette décision, vendredi matin, à l’issue d’une audience tenue par vidéoconférence.

Un groupe de citoyens, connu comme étant les opposants du maire et de l’administration municipale, a déposé une plainte à la mi-octobre contre la directrice générale. 

Les opposants ont reproché à Mme Girard de s’être immiscée dans le débat des candidats.

En effet, la présidente des élections a défendu son administration à la suite d’une attaque dirigée contre elle.

Jointe par téléphone, Fabienne Girard a confirmé l’information, mais a tenu à préciser sa sortie pendant le débat. 

« J’aime mieux perdre mon travail de présidente des élections que de passer pour une personne malhonnête  », a résumé la directrice générale. 

Accusée par une candidate d’avoir reçu des montants sans pièces justificatives, Mme Girard a aussitôt sorti les documents pour prouver son innocence.

«  Je n’ai jamais rien volé à la municipalité, pas une cenne noire. Ce n’est pas vrai que je vais me laisser traiter de cette manière  », déplore Mme Girard.

C’est la secrétaire de la municipalité qui prendra le relais de la présidence des élections. Selon les dires de Mme Girard, cette destitution ne vient pas avec une amende ou des pénalités qui pourraient toucher son travail de directrice générale.

Lamarche, rappelons-le, a connu son lot de difficultés en matière de politique municipale. Après avoir été mis sous tutelle, le village a connu d’importantes chicanes entre échevins, dont une qui est maintenant devant la justice. L’ancien conseiller Jean-Luc Savinsky poursuit le conseiller sortant et candidat Réjean Gagnon pour plus de 75 000 $. Le demandeur exige d’être dédommagé pour avoir été arrêté par les policiers. Le conseiller Gagnon avait déposé une plainte de menace contre Savinsky. Aucune accusation n’a finalement été portée contre ce dernier. Il poursuit donc à son tour M. Gagnon.

Les deux parties n’en sont toujours pas venues à une entente. Et comme la loi l’oblige, la municipalité de Lamarche doit assurer le financement de la défense de son élu qui est poursuivi dans le cadre de ses fonctions.