Budget provincial: La CCISF pose un avis mitigé

La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord (CCISF) et la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) se réjouissent des mesures en innovation annoncées dans le nouveau budget provincial, mais déplorent l’absence de mesures visant à aider les employeurs subissant les contrecoups du manque de main-d’oeuvre.

Les deux instances sont d’avis que les mesures écologiques prises par la Coalition avenir Québec (CAQ) pourront stimuler l’économie et favoriser les innovations vertes. Ils croient également que les investissements annoncés bonifieront l’attractivité des régions.

La directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord, Sandra Rossignol.

Parmi les mesures annoncées, la FCCQ et la CCISF ont salué le Plan d’économie verte (PEV), lequel contribuera à aider les entreprises à mettre en place la transition énergétique. « Nous le savons, le secteur des transports a de grands défis en matière de réduction des GES, que ce soit du côté des déplacements des personnes ou des marchandises, indique le président et directeur général de la FCCQ, Charles Milliard. Des opportunités sont offertes via des solutions d’économie circulaire, pour réduire les pertes énergétiques ainsi que l’empreinte environnementale dans le secteur industriel. Ce sont des avenues intéressantes à explorer, car il s’agit aussi d’une occasion pour le gouvernement de favoriser l’émergence d’une réelle industrie du bâtiment intelligent, vert et durable, et les entreprises pourront être mises à contribution dans cet effort. »

Le Plan québécois des infrastructures (PQI), avec ses 130,5 milliards $, arrive à point, selon Sandra Rossignol, directrice générale de la CCISF. « Il y a des besoins en développement et les six projets structurants de transport collectif électrique ajoutés au PQI sont une bonne nouvelle. Les défis en maintien des actifs sont également considérables, autant pour les infrastructures routières, de mobilité durable ou publique, notamment les écoles. Ces sommes supplémentaires envoient un signal important quant aux ressources disponibles pour répondre aux nombreux besoins en infrastructures au Québec. Les entreprises québécoises pourront contribuer à l’atteinte d’un haut taux de réalisation dans les projets retrouvés au PQI. »

Malgré un enthousiasme évident pour plusieurs aspects du budget, Charles Milliard a déploré l’absence de mesures pour aider les employeurs qui souffrent du manque de main-d’oeuvre. Tout en soulignant les investissements visant à améliorer l’intégration sur le marché du travail des travailleurs immigrants et des personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi, Sandra Rossignol s’est également montrée critique à l’endroit du manque de formation des travailleurs. « Les mesures annoncées lors du précédent budget afin d’améliorer la fiscalité et l’attrait pour les travailleurs expérimentés auraient pu avantageusement être bonifiées. Ce budget semble insister sur l’investissement en équipement pour favoriser l’innovation, mais sans prévoir de formation suffisante pour que les travailleurs en optimisent l’utilisation. »