Michel Potvin espère que le budget de mardi prouvera que la CAQ est bien le parti des régions.

Budget provincial: des attentes de près de 100 M $ à Saguenay

Payer le prolongement du réseau d’aqueduc, d’électricité et de gaz à la zone industrialo-portuaire (ZIP), financer davantage la Société de transport du Saguenay (STS) et le Service de police de Saguenay et rénover le pont de Saint-Anne. Saguenay a de grandes ambitions pour le deuxième budget de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui sera dévoilé mardi à la population québécoise. Des attentes qui frôlent les 100 millions $.

« La CAQ, c’est le parti des régions. J’espère que ça va paraître mardi », exprime Michel Potvin, maire suppléant de Saguenay et président du Comité des finances.

Au premier rang de ses demandes, le prolongement des services à la zone industrialo-portuaire, estimé à près de 70 millions $. Québec cautionne l’investissement, mais c’est la Ville qui doit payer ses infrastructures. Ce prolongement doit se concrétiser lorsqu’un gros joueur, comme Métaux BlackRock, confirmera son arrivée à Port de Saguenay. Mais le maire suppléant estime qu’il faut arrêter d’attendre et faire ses travaux pour attirer d’autres joueurs.

« Si Québec subventionnait ces travaux, ça donnerait un beau signal pour le développement économique. Parce que c’est toujours l’oeuf ou la poule. Quand les entreprises sont prêtes, elles sont prêtes. Elles ne veulent pas attendre des mois avant que le service arrive. Le gouvernement donne bien des milliards de dollars à Québec pour son tunnel, son tramway », donne en exemple M. Potvin, en remplacement de Josée Néron, qui est en vacances.

Le conseiller municipal et grand argentier de Saguenay souhaite également un coup de main de Québec pour ses services de police et de transport en commun. « La STS, on est responsables de 100 % des déficits. À titre d’exemple, l’OMH (Office municipal d’habitation), on est responsables à 10 % du déficit. Est-ce qu’on pourrait revoir la formule de financement des sociétés de transport ? Parce qu’on est toujours mal pris, pointe Michel Potvin. Pour la police, on est obligés, comme ville de 100 000 habitants et plus, d’avoir notre propre service, qu’on paye à 100 %. Les autres villes, comme Alma et Saint-Honoré par exemple, elles ont le service de la Sûreté du Québec et elles payent 50 % de la facture. Est-ce qu’on pourrait rétablir l’équilibre ? On estime être perdants de 10 millions $ à la Ville de Saguenay. »

La rénovation du pont de Sainte-Anne, communément appelé « le pont vert », fait aussi partie des demandes des élus. Une résolution en ce sens a été adoptée au printemps 2019. « On parle de 12 millions $ et ça permettrait de sécuriser l’infrastructure et d’assurer sa pérennité. »

S’il est rénové, le pont pourra servir d’accès aux véhicules d’urgence, en cas de fermeture du pont Dubuc.

Par ailleurs, il a été impossible d’obtenir la liste de souhaits du maire d’Alma, Marc Asselin. Il était indisponible, a indiqué la responsable des communications, Claudia Madore.