Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La ministre des Finances, Chrystia Freeland
La ministre des Finances, Chrystia Freeland

Budget fédéral: un impact difficile à évaluer pour la région

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Il faudra un certain temps pour mesurer l’ampleur des retombées du dernier budget fédéral au Saguenay-Lac-Saint-Jean, à l’exception de ce qui concerne les programmes de support aux entreprises pour faire face à la COVID-19, lesquels sont maintenus jusqu’en septembre prochain.

Le fiscaliste Olivier Lévesque, de la firme Raymond Chabot Grant Thornton , a décortiqué le premier budget de la ministre libérale des Finances, Chrystia Freeland. L’exercice n’est pas simple, puisque le budget est constitué de grandes enveloppes qui seront déployées dans des programmes nationaux au cours des prochains mois.

« Il faut déterminer ce que le budget apportera au Québec et après identifier les différents programmes qui risquent d’avoir des impacts économiques dans les différentes régions du Québec », indique le fiscaliste.

Il a été beaucoup question dans les médias de l’augmentation de la prestation de la sécurité de la vieillesse de 110 $ par mois pour les personnes de 75 ans et plus. Olivier Lévesque s’explique mal pourquoi Ottawa a décidé de « discriminer » les personnes de 65 à 75 ans. Les gens accèdent à ce programme à 65 ans et, pour le fiscaliste, il aurait été normal que l’augmentation de la prestation s’applique à partir de l’âge d’admissibilité au programme.

Olivier Lévesque a de plus constaté une augmentation très importante du budget dédié aux communautés autochtones du Canada. Il s’agit d’une augmentation de l’ordre de 20 G$ par rapport à l’année précédente. À la lecture des notes, il remarque que l’argent sera en bonne partie destiné à des programmes pour les communautés nordiques du Québec, pour différents projets, dont des infrastructures.

Plusieurs entreprises de la région réalisent régulièrement des contrats dans les communautés autochtones du nord du Québec. Olivier Lévesque croit qu’il y aura inévitablement des retombées découlant de la décision du gouvernement d’augmenter le financement de ces communautés.

« Le gouvernement a annoncé une enveloppe de 200 M$ pour le sport amateur et les festivals. On peut avancer que les festivals de la région auront accès à ce programme spécifique en raison des inconvénients de la COVID-19 pour ces organisations », précise le fiscaliste.

L’octroi d’une somme additionnelle de 16 G$ sur six ans pour le déploiement d’Internet haute vitesse constitue une autre mesure qui risque d’avoir des impacts dans la région.

Au cours des dernières semaines, le Bloc Québécois a fait campagne pour convaincre le gouvernement canadien d’investir massivement dans l’industrie forestière dans le cadre de la relance verte. Selon Olivier Lévesque, le budget de la ministre Freeland a réservé une enveloppe de 54 M$ pour favoriser le virage vert de l’industrie forestière. La mesure a déjà soulevé des critiques dans les milieux politiques, puisque cette somme, principalement destinée aux communautés et non au soutien des industries, n’aura pas d’impact majeur.

Les agriculteurs auront de leur côté accès à un programme de 200 M$ sur deux ans pour entreprendre le virage écoénergétique. Sur ce point, Olivier Lévesque rappelle que le Canada est constitué de deux pôles majeurs avec l’Est et l’Ouest, qui ont des agricultures différentes.