Daniel Leblond et Pascal Cloutier, présidents du syndicat de la scierie et du syndicat de la papeterie de Dolbeau-Mistassini, auraient espéré davantage du budget présenté mardi par le ministre Carlos Leitao.

Budget: des réactions partagées

Pascal Cloutier et Daniel Leblond, présidents respectifs du syndicat de la papeterie et de la scierie de Dolbeau-Mistassini, se montrent à moitié satisfaits du budget du gouvernement Couillard.
« Nous sommes contents que 7 M$ soient investis pour faire l'inventaire du caribou forestier. C'est une demande répétée que nous avions faite à M. Couillard. Nous sommes heureux que ça se fasse. On va avoir l'heure juste sur le caribou. Ainsi, ça va nous aider dans les négociations avec Ottawa pour dire comment se comporte l'espèce et avoir des arguments pour ne pas soutenir le plan fédéral », a commenté Pascal Cloutier.
« Ça va enlever les suppositions. Enfin, on va travailler avec des faits et connaître leur nombre exact et en savoir plus sur leur comportement », a complété Daniel Leblond.
Par contre, les deux syndicalistes sont déçus du peu d'argent injecté dans le domaine forestier (46 M$) et l'absence d'argent pour faire la promotion du régime forestier à l'international. 
« Nous sommes déçus qu'il n'y ait rien pour ça. C'est essentiel de faire connaître notre régime forestier à l'international. On ne se vend pas assez. Il faut expliquer que nos manières de faire sont différentes. Il aurait donc fallu mettre de l'argent pour ça », déplore Daniel Leblond. 
« Je pense que ça pourrait aider pour que le gouvernement américain traite différemment le Québec pour la question du bois d'oeuvre. Le Québec ne devrait pas avoir à payer de surtaxe », souligne pour sa part Pascal Cloutier.
Ce dernier est d'accord avec Philippe Couillard qu'il ne faut pas mettre dans un budget la stratégie que l'on souhaite mettre en place pour aider l'industrie. 
« Je pense qu'il se garde des cartes dans sa manche et qu'il y a de l'argent pour des garanties de prêts. Il faut par contre qu'Ottawa se mouille. C'est vrai que tout le monde est prudent, car ils savent que les Américains nous surveillent. »
Finalement, les deux présidents des syndicats affiliés à Unifor trouvent insuffisants les 46 M$ accordés pour la forêt. 
« Ce sont des miettes. Il faut plus d'argent que ça en foresterie pour développer de nouveaux produits et favoriser des investissements. On a beau vouloir moderniser les usines, mais s'il n'y a pas de marché au bout pour nos produits, on n'est pas avancés », signale Pascal Cloutier.
L'Université du Québec à Chicoutimi
L'UQAC réagit favorablement
(Louis Tremblay) - L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) réagit favorablement à certaines dispositions du budget du gouvernement du Québec, notamment celle relative au financement en recherche et innovation. Elle souligne cependant que le financement de base des activités d'enseignement risque de ne pas combler l'ensemble des besoins de l'institution.
« Ce budget prévoit un réinvestissement de 29 millions $ dans les universités afin d'augmenter notre financement de base. Considérant qu'il y a 18 universités au Québec, ce montant représenterait, pour l'UQAC, quelque 600 000 $ si nos prévisions concernant l'effectif étudiant sont au rendez-vous. C'est un pas dans la bonne direction certes, mais ce montant ne comble que partiellement l'augmentation de nos coûts de système et encore plus partiellement les 13 millions $ que nous avons compressés depuis 2012 », précise le communiqué émis à l'interne par le service des relations publiques de l'UQAC.
L'UQAC évoque certaines de ces hausses de coûts de fonctionnement pour expliquer sa déception par rapport à l'augmentation des subventions de base qui se dégage du budget du ministre Carlos Leitao. Au cours de l'année 2017-2018, les augmentations de salaire prévues aux conventions collectives pour les employés représentent une augmentation des dépenses de 3,5 M $.
L'UQAC voit d'un bon oeil la création d'une enveloppe de 29 M $ pour la mise en place de pôles régionaux permettant aux établissements d'enseignement supérieur de supporter le développement socio-économique dans les régions. Des actions ont déjà été initiées entre l'UQAC et le réseau collégial régional pour aller dans ce sens et supporter la région.
Recherche et innovation
« La meilleure nouvelle est sans doute celle d'un investissement important en recherche et innovation. Effectivement, 834 millions $ sur cinq ans sont annoncés pour bonifier le financement des Fonds de recherche du Québec. 
Parmi les mesures incluses dans cette bonification, des sommes importantes pour le secteur minier (55 millions) et celui des sciences de la vie (118 millions), pour ne nommer que ceux-ci, pourraient avoir des effets importants sur la recherche en nos murs », conclut le communiqué.
Des heureux dans le monde du tourisme
(Louis Tremblay) - Le budget déposé mardi par le ministre des Finances Carlos Leitao est accueilli avec enthousiasme par l'Alliance de l'industrie touristique du Québec. L'organisme a vu le gouvernement confirmer des engagements de l'ordre de 286 M $ pour supporter cette activité économique importante dans les régions du Québec.Les principaux acteurs de cette industrie avaient eu droit à une série d'annonces, au cours de la dernière semaine, sur les initiatives qualifiées de « structurantes » par le président et directeur général Martin Soucy. Les sommes associées à l'industrie touristique se déclinent dans six fonds spécifiques qui vont de l'aide financière aux projets touristiques d'envergure aux événements de la ville de Québec, en passant par la pêche sportive et l'accessibilité aux infrastructures touristiques.
Le président de l'organisme, Éric Larouche, abonde sensiblement dans le même sens en soulignant la capacité des promoteurs à développer les attraits touristiques.
« Nos promoteurs touristiques ont de bonnes idées. Avec les leviers financiers offerts, les entrepreneurs touristiques obtiennent l'environnement qu'il leur faut pour se lancer et rapidement transformer les annonces en projets. À l'industrie de livrer la promesse du Québec Original », a déclaré Éric Larouche dans le communiqué émis mercredi.
Dans les montants accordés, il faut mentionner une enveloppe de 126 M $ comme levier d'aide financière aux projets touristiques d'envergure. Il s'agit d'une enveloppe s'appuyant sur le programme d'aide au développement des attraits touristiques. Les festivals et événements ont droit à une enveloppe de 35 M $ et la SÉPAQ pourra compter sur une somme de 100 M $ pour organiser des projets sur les axes hiver-nature-aventure.
L'Alliance a de plus souligné le travail réalisé pour encadrer l'hébergement touristique au Québec. Il s'agit du partenariat mis de l'avant entre Revenu Québec et le ministère du Tourisme.
Le MAC reste sur son appétit
(Isabelle Tremblay) - Le Mouvement Action Chômage (MAC) Lac-Saint-Jean reste sur son appétit par suite du dévoilement du budget provincial déposé par le ministre Carlos Leitao.
Il accuse le gouvernement libéral d'être méprisant à l'égard de la cause entourant la défense collective des droits (DCD).
« Dans les dernières semaines, Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean, a fait des approches auprès de François Blais, ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, dans le but de faire augmenter le budget du Mouvement Action Chômage Lac-St-Jean. M. Blais lui a répondu que nous aurions des surprises dans le budget qui allait sortir. C'est une autre gifle que nous venons de recevoir », déplore la coordonnatrice France Simard.
Le Mouvement Action Chômage est fermé depuis la fin du mois de février en raison d'un manque de financement. Il doit composer avec une subvention gouvernementale de 30 000 $ par année et dessert les trois municipalités régionales de comté du Lac-Saint-Jean.
« Ça fait 10 ans qu'on n'a pas été indexé alors que les organismes en santé et services sociaux le sont chaque année. On n'a encore rien dans le budget et nous sommes sous-financés, ajoute Mme Simard. Notre organisme est sur le respirateur artificiel. Si le gouvernement actuel ne fait rien, qu'est-ce qui va nous arriver ? Nous demandons à MM. Couillard et Cloutier de nous venir en aide et de s'unir pour notre survie. »