Josée Néron a fait part de sa volonté de travailler en collaboration avec les conseillers indépendants pour l’avancement de la Ville.
Josée Néron a fait part de sa volonté de travailler en collaboration avec les conseillers indépendants pour l’avancement de la Ville.

Budget 2020: taxes plus élevées et pas de grands projets

Le rejet du budget 2020 présenté mercredi par le conseiller Michel Potvin entraînera finalement une hausse du compte de taxes plus élevée que prévu. Cette possibilité avait été soulevée par les indépendants, eux qui se disaient agacés par la hausse de la dette de 40 millions $. Les grands projets devraient également être retirés du Plan triennal d’immobilisations (PTI).

Une nouvelle mouture du budget a été préparée depuis le rejet du premier et les élus seront appelés à voter le 30 décembre. Le document modifié est d’ailleurs accessible aux conseillers, pour consultation, depuis vendredi.

Selon les informations colligées au cours des derniers jours, les conseillers se sont finalement entendus pour que la hausse soit plus élevée que le 1,9 % présenté en premier lieu. Elle devrait plutôt se rapprocher de l’Indice des prix à la consommation (IPC) qui, selon la Banque du Canada, atteignait 2,2 % en novembre dernier.

Une autre décision aura un impact dans le portefeuille des citoyens. La taxe sur l’eau devrait subir une légère augmentation, une décision qui pourrait amener entre 750 000 $ et un million $ de plus dans les coffres de la Ville.

Depuis mercredi, les élus ont également planché sur une résolution qui prévoit un redressement financier pour Saguenay. Rappelons qu’à la séance du conseil, le conseiller Kevin Armstrong avait sorti un document de 54 pages de son chapeau. Il avait mentionné à ce moment que la solution aux problèmes financiers de la Ville résidait dans un plan de redressement et avait fait référence à un document préparé par la greffière, indiquant « les six principes de base qui guident les élus vers une saine gestion ».

M. Armstrong avait noté « le souci de prendre des décisions durables et orientées vers le long terme en minimisant les impacts négatifs sur les générations futures et de s’assurer d’une gestion financière prudente et d’en rendre compte aux citoyens ».

Il a souligné que le temps était venu d’agir et avait référé les élus à son document préparé en 15 axes et 74 points, un document qu’il n’a pas apporté à la commission des finances, lui a reproché la mairesse Josée Néron. Rappelons que les élus ont eu 27 rencontres préparatoires pour le budget au cours des derniers mois.

Salaire et plan triennal

Comme l’a mentionné jeudi le président de la Commission des finances, Michel Potvin, les élus devront se prononcer au début du mois de janvier sur une baisse de salaire de 10 000 $. « S’ils veulent que la dette diminue, il faut être responsable », avait-il dit dans une entrevue avec Le Quotidien.

Quant au PTI, tous les projets structurants devraient être retirés. Il est question du pont de Sainte-Anne, du centre multisport de Jonquière, de la Place Nikitoutagan, du terrain de la Consol, de l’autogare, de l’amphithéâtre et du Pavillon de l’agriculture. Des projets qui, selon la mairesse, permettent à Saguenay de se différencier et de se positionner. Ils représentaient un investissement total de 56,1 millions $, soit 31,6 millions $ provenant de la Ville et 24,5 millions $ en subventions. Quant à la bibliothèque de La Baie, elle ne se retrouvait pas dans le TPI 2020, mais on entend en coulisses que le projet serait aussi sur la glace.

Cependant, il faut rappeler que le plan triennal n’est pas un engagement formel, mais qu’il s’agit plutôt d’intentions d’investissements. Des changements pourraient donc survenir au cours de l’année.

Les conseillers auraient plutôt décidé de ne garder que les investissements municipaux, comme le maintien et le renouvellement des infrastructures et des actifs municipaux, des projets totalisant 145,7 millions $, dont 88,2 millions $ provenant des coffres de la Ville.