Le député conservateur fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, et le candidat conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, ont pressé le premier ministre Justin Trudeau de donner le feu vert au projet de réfection de quatre brise-glaces de La Davie.

Brise-glaces: Les conservateurs pressent Ottawa

Le député conservateur Steven Blaney a profité d’une tournée électorale dans Chicoutimi-Le Fjord en compagnie du candidat à l’élection partielle, Richard Martel, pour exiger du gouvernement fédéral le début des travaux sur les quatre brise-glaces au chantier maritime de La Davie afin de protéger l’économie régionale.

Le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Richard Martel ont insisté sur les retombées majeures des opérations de La Davie pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les brise-glaces sont, d’une part, nécessaires pour assurer la navigation sur le Saguenay pendant la période hivernale, et d’autre part, des entreprises de la région sont d’importants fournisseurs de biens et services pour le chantier maritime.

« L’an dernier, un navire qui transportait des matières pour Rio Tinto a été pris dans les glaces. Il ne faut plus que ce genre de situation se produise dans le futur. C’est une nécessité pour assurer les opérations des entreprises », a insisté Richard Martel.

Le député Blaney a enchaîné en rappelant les engagements du premier ministre Justin Trudeau de vouloir protéger l’industrie de l’aluminium. « C’est bien de vouloir protéger l’aluminium, mais il faut aussi s’assurer qu’elle puisse opérer sécuritairement pendant toute l’année. Le premier ministre s’est engagé pour un projet de quatre brise-glaces et nous avons des informations voulant que le plus puissant navire du groupe, le Aivik, avait été abandonné. »

Selon Richard Martel, il est temps que le gouvernement du Canada donne un signal positif dans le dossier des brise-glaces. La région bénéficierait rapidement de cet ambitieux projet puisque des entreprises comme Charl-Pol à La Baie sont mises à profit par La Davie quand elle obtient des contrats.

« Il n’y a pas de risque pour le gouvernement fédéral de donner le feu vert à ce projet. C’est La Davie qui procède à l’achat des quatre navires. Elle fait les modifications nécessaires pour répondre aux besoins de la Garde côtière canadienne. Les bateaux sont ensuite remis à la Garde côtière qui les utilise dans les opérations », reprend le député Blaney.

Le député conservateur poursuit en rappelant que les intérêts du gouvernement canadien seront entre bonnes mains au chantier maritime de la région de la Capitale-Nationale. Le chantier maritime de La Davie a été reconnu comme étant le plus performant en Amérique du Nord. Il a démontré dans la réfection du navire ravitailleur Astérix des Forces canadiennes sa capacité à réaliser le projet dans les délais et les coûts autorisés par le client. Il a aussi réalisé de très bonnes performances avec des armateurs privés.

Steeven Blaney voit plus loin que la réfection des quatre brise-glaces qui a été promise par le premier ministre Justin Trudeau. Le second navire ravitailleur des Forces canadiennes, l’Obélix, a aussi besoin d’une cure de rajeunissement. Les contrats ne manqueront pas dans les prochaines années et l’actuel gouvernement ne semble pas vouloir comprendre qu’il y a un autre chantier maritime que ceux du Nouveau-Brunswick et de la Colombie-Britannique qui ont obtenu leur part du gâteau, souligne M. Blaney.

Le chantier maritime de La Davie n’a pas obtenu de commandes du gouvernement canadien depuis celui du ravitailleur Astérix. Le député Blaney aimerait bien que le gouvernement canadien passe plus de temps à s’occuper d’économie que du genre des personnes. Les citoyens veulent surtout des emplois et il y a une opportunité d’en créer plusieurs avec le projet des quatre brise-glaces.

Élection partielle

Richard Martel a de son côté lancé un appel au premier ministre afin qu’il déclenche une élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord pour remplacer le député libéral Denis Lemieux. Selon le candidat conservateur, Justin Trudeau doit faire preuve de respect envers les citoyens.

« La population s’impatiente d’avoir un député à la Chambre des communes qui va défendre ses intérêts. Il n’y a personne en ce moment qui réclame du gouvernement des décisions pour les brise-glaces qui sont très importants pour notre économie et nos échanges commerciaux », a conclu celui qui arpente le comté chaque jour en prévision de la tenue de l’élection partielle.